Vous êtes ici

Sauver nos rivières et poissons vosgiens

Laudato Si' #47

Campagne de sensibilisation « Sauvons nos rivières »
de la Fédération nationale de Pêche en France. 

Entre bouleversements des écosystèmes et surpêche industrielle, la pêche peut être parfois décriée. Dans les Vosges, il n’y a pas de pêche professionnelle mais la préservation des milieux aquatiques et des espèces piscicoles reste là aussi nécessaire. Les fédérations départementales de pêche veillent à faire évoluer les pratiques de pêche de manière responsable… pour une pêche « miraculeuse » à l’avenir ?

Que les nappes phréatiques soient remplies ou non, les rivières sont un écosystème précieux et fragile, en souffrance. Le constat est visible notamment lors des périodes de sécheresse, des phénomènes de crues ou encore avec la prolifération d’algues.

Certes, le changement climatique y est pour quelque chose mais la principale raison est là encore l’action humaine. Le déodatien Kévin Laymand, alias Héras de la chaîne Nervurax Fishing de vulgarisation scientifique et technique sur YouTube, le constate : « On débroussaille les berges des cours d’eau qu’on a élargis et ralentis, on a installé des barrages et on continue avec la micro-hydroélectricité [nuisible et inutile]. Résultat, on détruit une biodiversité essentielle et les eaux se réchauffent dramatiquement. C’est tous les peuplements de poissons et d’invertébrés qui reculent vers les zones préservées. D’autres prennent leur place, un cortège d’espèces moins sensibles, mais tout un patrimoine est en train de partie en fumée. »

Des actions de préservation locales et nationales

Des actions positives sont menées par les fédérations départementales et les associations locales, sous contrôle de l’Office français de la biodiversité, telles que des pêches scientifiques (inventaires d’espèces) ou des pêches de sauvetage afin d’éviter des mortalités voire des extinctions d’espèces. Il y a aussi des pratiques de pêche plus responsables que par le passé : le prélèvement unique de « poissons soigneusement sélectionnés, et pas n’importe où, pas n’importe quand, et évidemment pas n’importe quelle espèce » ou encore le renoncement à la pêche pour des milieux aquatiques menacés.

Dans notre département, sont introduites « certaines espèces à destination des pêcheurs de loisir (essentiellement la truite arc-en-ciel, l’omble de fontaine ou encore les corégones) quand d’autres comme le hotu ont massivement colonisé nos rivières depuis le bassin rhénan, via les canaux ». Introduire de nouvelles espèces peut interroger sur le respect de la biodiversité mais Kévin précise que « ce sont généralement des espèces sur lesquelles on a du recul et qui sont introduites de façon plus ou moins mesurée. Ça fait toujours débat mais rarement dégâts, ou en tout cas pas aussi gros que certains pourraient le croire, sinon dans certains milieux fragiles ».

Une opération « Sauvons nos rivières », porté par la Fédération nationale de la Pêche en France, a pour volonté de « créer une prise de conscience collective sur l’impérieuse nécessité d’accroître et partager les connaissances des milieux aquatiques pour mieux les préserver ». La campagne est relayée aussi dans les Vosges. Le youtubeur l’affirme : « Ce qu’il faudrait, vu l’ampleur et l’urgence de la situation, c’est une prise de conscience générale, notamment des riverains et des pouvoirs publics qui sont trop souvent mal informés, ou qui ne comprennent pas l’importance du problème et ses conséquences possibles ».

 

 POUR ALLER PLUS LOIN : 

Découvrez les vidéos de la chaine Nervurax Fishing sur Youtube :     @NervuraxFishing
 

Émilie FEUILLÉ
Église dans les Vosges – Juin 2024 

 

Articles relatifs

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vosges TV

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous