Vous êtes ici

Loup de Saint-Dié, que deviennent tes palettes ?

Laudato Si #13

Derrière Les Palettes du Loup se cache un homme : Matthieu Tisserant. Il propose des meubles et autres objets de mobilier-décoration, tels que des lampes, à base de matériaux recyclés, sains et durables.

D’âme bricoleuse, Matthieu Tisserant a quitté la Moselle avec sa famille pour revenir aux sources à Wisembach et commencer son activité artisanale fin 2019, avant de quitter son poste de commercial chez Saint-Gobain. Basé à Saint-Dié-des-Vosges depuis février 2021, l’artisan ébéniste-soudeur produit ses créations essentiellement en Lorraine. Mais il a déjà pu livrer exceptionnellement des gros projets en Belgique et en Suisse.

 

 

Des meubles au design sain, écologique et durable

Le marché des meubles écoresponsables connaît un essor depuis 2019. Dans une démarche plus écologique, les consommateurs cherchent à réduire leur empreinte en choisissant des matériaux durables et le moins polluant possible. C’est la raison qui a poussé Mathieu à se lancer dans cette voie professionnelle pour vivre davantage sa passion.

Aujourd’hui, beaucoup de fabricants de meubles industriels et de menuisiers-ébénistes existent et de nombreuses personnes s’essaient au « do it yourself ».  Mathieu propose son savoir-faire artisanal pour des meubles durables au style « industriel », alliant bois de palettes et acier.  Les palettes Europe, composées principalement de sapin, pin sylvestre ou bouleau, sont traitées de manière saine à chaud sans produits chimiques. Leur traçabilité permet de constater qu’elles peuvent avoir une longue durée de vie. Mathieu réutilise ces palettes souvent mises de côté pour proposer des créations uniques, évolutives et sur mesure. Tous les matériaux qu’il utilise sont récupérés auprès d’entreprises, de ferrailleurs et quincaillers locaux. La sanité du mobilier des Palettes du Loup se retrouve aussi dans les finitions : Mathieu vernit ses structures métal à l’eau, sans solvant, et nourrit les structures bois à l’huile de lin. 
 

La création dans la consommation locale

Le plaidoyer du pape dans l’encyclique Laudato Si' et la question d’être acteur de la Création rejoignent Mathieu en des valeurs communes sur la consommation locale. Il faut d’abord « ouvrir les yeux sur ce qu’on a autour de chez nous, ce que fait notre voisin, etc. Cela permettrait entre autres de redonner une vie au milieu local en termes d’emploi, de lutte contre la pollution… Beaucoup de choses sont liées à la surconsommation. Il faut ne pas forcément aller à la "robotisation" de se dire "j’ai telle chose à acheter, je commande sur telle plateforme ou je vais au supermarché". C’est dans notre comportement ou dans notre manière de penser qu’il faut changer les choses ».

Le bouche à oreille et les réseaux sociaux lui ont permis de se faire connaître et de se développer dans la région. De telle manière que son carnet de commandes est vite rempli. Nul besoin de montrer patte blanche, Mathieu a souvent carte blanche dans ses créations ! Ne cherchez pas forcément une inspiration du loup, l’animal qui le fascine depuis des années plaît davantage pour sa vie sociale, à travers les valeurs intergénérationnelles d’entraide et de vivre ensemble. Son inspiration, il la puise ainsi dans les échanges avec les clients, sa famille et ses amis, mais aussi en fonction des matériaux à sa disposition.
 

Retrouvez Les Palettes du Loup de Mathieu sur
Facebook (@Lespalettesduloup) 
et Instagram (@mathieu.tisserant),
et bientôt dans sa tanière,
son atelier boutique
situé à Saint-Dié-des-Vosges.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Émilie FEUILLÉ
Église dans les Vosges – Avril 2021

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous