Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #40

3è dimanche de Pâques - « Il se fit reconnaître par eux à la fraction du pain. »

En ce temps de confinement prolongé, nous continuons notre dossier : "Vivre sa foi à domicile", dont vous connaissez désormais la formule : une méditation d'Évangile par jour, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, notre rubrique "Art et foi" qui se poursuit pendant ce temps de Pâques et nos propositions musicales, et notre nouvelle rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters quotidiennes de temps en temps, alors ensemble restons connectés.

 


« Le Seigneur se fit reconnaître par eux à la fraction du pain. » (Luc 24, 13-35)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine),
deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs,
à deux heures de marche de Jérusalem,
    et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

    Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient,
Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
    Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
    Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? »
Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
    L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit :
« Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem
qui ignore les événements de ces jours-ci. »
    Il leur dit : « Quels événements ? »
Ils lui répondirent : 
« Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth,
cet homme qui était un prophète
puissant par ses actes et ses paroles
devant Dieu et devant tout le peuple :
    comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré,
ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
    Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël.
Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
    À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur.
Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ;
elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision :
des anges, qui disaient qu’il est vivant.
    Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau,
et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ;
mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
    Il leur dit alors :
« Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire
tout ce que les prophètes ont dit !
    Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
    Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes,
il leur interpréta, dans toute l’Écriture, 
ce qui le concernait.

    Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient,
Jésus fit semblant d’aller plus loin.
    Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous,
car le soir approche et déjà le jour baisse. »
Il entra donc pour rester avec eux.

    Quand il fut à table avec eux,
ayant pris le pain, il prononça la bénédiction
et, l’ayant rompu, il le leur donna.
    Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent,
mais il disparut à leurs regards.
    Ils se dirent l’un à l’autre :
« Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous,
tandis qu’il nous parlait sur la route
et nous ouvrait les Écritures ? »
    À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem.
Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons,
qui leur dirent :
    « Le Seigneur est réellement ressuscité :
il est apparu à Simon-Pierre. »
    À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route,
et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux
à la fraction du pain.

 

 

Les portes de la Parole

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu,
avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

" Ils racontent ce qui s'est passé sur la route.
Si je racontais ma vie chrétienne, comment m'y prendrais-je ? "


 

La méditation du jour :

À LA FRACTION DU PAIN

C’est à la fraction du pain que les disciples d’Emmaüs ont reconnu la présence de Jésus ressuscité. Mais cette révélation inouïe ne leur est pas accordée par un geste magique ou la seule irruption imprévue de Jésus au milieu d’eux. Ils ne purent re-connaître que Celui qui, d’abord, s’est patiemment fait connaître à eux.

Ils avaient quitté Jérusalem en plein désarroi ; c’est alors que le Christ les a rejoints sur leur chemin pour marcher avec eux. Patiemment il a écouté leurs questions, leurs doutes, leur reste d’espérance. En Maître et Pédagogue, il leur a expliqué les Écritures qui font converger toutes les promesses de Dieu vers l’événement de sa Pâque. En leur rappelant la fidélité de Dieu, il les aide à prendre au sérieux le premier témoignage apostolique qui leur a annoncé sa Résurrection. À l’écoute de sa Parole, il rend déjà leurs cœurs « tout brûlants » et disponibles à sa présence.

Depuis plusieurs semaines, nous ne pouvons plus nous rassembler pour la fraction du pain eucharistique. C’était là que le Christ ressuscité se manifestait à nous ; c’était là qu’il nous redonnait, par sa propre Vie, la force de croire, d’espérer et d’aimer chaque jour. En attendant de l’y retrouver ensemble, il reste notre Pédagogue et marche à notre pas. Laissons-le nous rendre disponibles dès maintenant à sa présence ; laissons-le interroger notre cœur et nous donner sa Parole. Nous pourrons alors, bientôt sans doute, le reconnaître à la fraction du pain avec une joie nouvelle !

 

+ Didier Berthet
Évêque de Saint-Dié

 

"KT à domicile" - Le dessin du jour : 


Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 15 (16)

R/ Tu m’apprends, Seigneur, le chemin de la vie.
ou : Alléluia !

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

 

Musique du jour :

"Gloire à toi, Seigneur ressuscité" - Chorale de la paroisse des Dominicains de Toulouse

 


"Art et foi" - Discours du « pains de vie »

Le père Pierre-Jean Duménil, responsable du service Art Sacré et curé doyen d'Epinal, vous propose de poursuivre cette rubrique : Art et foi.

_______________________
 

L'OEUVRE DU JOUR :

Les disciples
Georges Rouault (1939) - Collection Albright-Knox Art Gallery, Buffalo, New York


LA CITATION D'ÉVANGILE :

" Le même jour (c'est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s'était passé. Or, tandis qu'ils s'entretenaient et s'interrogeaient, Jésus lui-même s'approcha, et il marchait avec eux."

Luc 24, 13-15

 

LE COMMENTAIRE DU PÈRE PIERRE-JEAN DUMÉNIL :

Emmaüs : un chemin de rencontre

Rouault met en scène comme un personnage important du récit ; Le Chemin !
Paul Beauchamp nous livre le secret de ce "personnage" biblique : 

« Pourquoi parler de chemin s'il s'agit d'entrer directement dans la vie éternelle ? On parlerait plutôt pour cela d'un saut dans l'absolu. Mais on parle de chemin parce que pour aller vers Dieu, il faut toujours passer par des actions de ce monde, des gestes de la vie quotidienne, des rencontres terrestres. En désirant Dieu nous désirons toujours en même temps ce qui nous conduit vers Dieu. Si le Christ est venu sur terre, si Dieu s'est fait homme dans ce monde, nous n'allons pas nous envoler pour le trouver et si nous prétendions le faire, nous mentirions à nous-mêmes. Il y a dans ce monde, des lieux différents pour chacun et que chacun doit traverser, des visages à rencontrer, des tâches complexes et généralement assez difficiles. Tout cela forme le chemin. Nous n'y avançons que si notre cœur y est. »

« Psaumes nuits et jours »  -  Paul Beauchamp (Mars 1980)

 

Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous