Les saints Vosgiens

Partons à la découverte de grandes figures de la foi Vosgiennes.

9 janvier - Bienheureuse Alix Le Clerc

Née à Remiremont (Vosges) le 2 février 1576 d’une famille aisée établie ensuite à Hymont, Alix Leclerc devint religieuse à 21 ans.

Avec Saint Pierre Fourier, elle fonde les chanoinesses de Saint-Augustin de la Congrégation de Notre Dame, moniales vouées à l’éducation des jeunes filles. Poussay, Mattaincourt, Épinal jalonnent les routes des fondations en terre lorraine et française.

Elle meurt le 9 janvier 1622 au monastère de Nancy, récemment fondé. Pie XII la béatifie le 4 mai 1947. Aujourd’hui encore ses filles rayonnent son idéal dans le monde.

Tu as suscité, Seigneur, au cœur d’Alix Le Clerc
Un grand amour pour les jeunes
Et la volonté de se consacrer à leur formation ;
Fais qu’à son exemple, nous sachions, nous aussi,
montrer à ceux dont nous avons la charge
Le route qui conduit vers toi.

21 février - Saint Gondelbert, Éveque et Abbé

Évêque de Sens d’après la tradition, Gondelbert, épris de perfection évangélique, quitte son ministère pour mener la vie de solitude et de pénitence des ermites au sein de la forêt vosgienne.

Arrivé dans la vallée du Rabodeau entre 655 et 660, le roi d’Austrasie lui donne le val de Senones.

Les disciples affluent, la vie communautaire faite d’austérité et de prière s’organise.

C’est la naissance de la vie bénédictine dans notre diocèse.
On ignore la date et le lieu de sa mort.

Seigneur notre Dieu,
par l’exemple de saint Gondelbert
tu nous engages à ne pas nous enliser dans le monde,
mais à marcher allègrement sur la route du Royaume ;
Fais qu’en suivant ses traces
nous nous préparions un trésor
qui ne soit pas perdu pour le ciel.

19 avril - Saint Léon IX, Pape

Brunon de Dagsbourg naît le 21 juin 1002 dans une famille de haute noblesse.

Prévôt de la Collégiale de Saint-Dié, en 1026, il devient évêque de Toul par le choix unanime de la cité. Le 22 août 1048, il devient pape sous le nom de Léon IX.

Il parcourt l’Europe, préside 9 conciles, consacre les églises de Remiremont et de Saint Maurice d’Épinal et canonise les Saints du "Saint-Mont".

Il ne peut empêcher la rupture de 1054 entre Rome et Constantinople. Il meurt le 19 avril de la même année. La basilique vaticane garde son corps.

Seigneur notre Dieu, 
tu as appelé l’évêque Brunon de Toul 
à devenir le pape saint Léon IX 
pour confirmer ses frères dans la foi ; 
A sa prière
fais que ton Église demeure toujours solidement établie 
sur le Rocher qui est le Christ.

23 avril - Saint Gérard, Évêque de Toul

Né à Cologne vers 930, il succède à Saint Gauzelin comme évêque de Toul le 29 mars 963.

Passionné de Dieu , Gérard l’aime pour lui-même, dans ses frères, dans son Église et dans ses Saints. Il fait transférer les reliques de Saint Élophe à Cologne et celles de Saint Goëry à Épinal.

Prédicateur zélé et infatigable de l’Évangile, ce Père des pauvres meurt le 23 avril 994, après plus de trente ans d’épiscopat.

Il est canonisé par Saint Léon IX, l’un de ses successeurs.

Seigneur, tu as choisi l’évêque saint Gérard 
pour te bâtir des églises,
mais surtout pour rénover la fidélité de ton peuple ; 
Accorde-nous, par son intercession, 
d’être ici-bas le temple de ta grâce
et d’entrer un jour dans la demeure de ta gloire.

4 mai - Bienheureux Jean-Martin MOYË, prêtre

Jean-Martin Moyë naît à Cutting (diocèse de Metz) le 27 janvier 1730.

Ordonné prêtre, il est frappé par la misère matérielle et spirituelle des villages.

Il fonde une congrégation de religieuses pour l’éducation des enfants des campagnes ; c’est la naissance des Sœurs de la Providence : pauvreté, charité, simplicité, confiance totale en la Divine Providence.

Le 30 décembre 1771, il quitte la France pour la Chine et y reste 12 années. Il revient malade en France ; la Révolution l’oblige à s’exiler à Trèves.

Totalement épuisé, il y meurt le 4 mai 1793. Pie XII le béatifie le 21 novembre 1954. Aujourd’hui encore se poursuit son œuvre dans le monde, plusieurs congrégations sont issues de Jean-Martin MOYË, dont la congrégation de la Providence de Portieux (Vosges).

Seigneur tu as envoyé le bienheureux Jean-Martin
porter la parole aux peuples de la Chine,
puis tu l’as invité à consacrer sa vie
à l’éducation des enfants pauvres ; 
Mets en nos cœurs le même zèle pour la foi, 
qui nous fera annoncer sous les formes les plus diverses
la Bonne Nouvelle du Christ ressuscité.

30 mai - Sainte Jeanne D'Arc, patronne secondaire du Diocèse et de la France

Jeanne, joyeuse paysanne de Domremy, y est née en 1412, le jour de l’Épiphanie.

Elle reçoit une mission extraordinaire : Saint Michel, Sainte Catherine et Sainte Marguerite lui apparaissent tandis que ses voix venues du ciel l’exhortent à partir au secours du roi de France.

C’est une longue chevauchée qui commence : partie de Domremy en 1429, elle délivre Orléans le 29 avril de la même année, fait sacrer le roi à Reims le 17 juillet.

Faite prisonnière le 23 mai 1430, elle commence un long calvaire qui la mène jusqu’au bûcher de Rouen où elle est brûlée vive le 30 mai 1431. Son dernier cri dans les flammes résume toute sa vie et toute sa foi : "Jésus ! Jésus !".

Canonisée le 16 mai 1920, elle est patronne secondaire de notre diocèse et de la France.

Dieu qui a choisi sainte Jeanne d’Arc
pour défendre son pays contre l’envahisseur ;
Accorde-nous, par son intercession,
de travailler pour la justice
et de vivre dans la paix.

19 juin - Saint Dié, Eveque et ermite, patron principal du Diocèse

Évêque de Nevers d’après la tradition, Déodat se démet de sa charge et chemine, en quête de solitude, à travers de nombreuses tribulations : Romont, les rives de la Mortagne, l’Alsace, avant le retour dans les Vosges, au pied du Kemberg, qu’il appelle le Val de Galilée.

Devant l’insistance de ses disciples, il bâtit aux Jointures (confluent de la Meurthe et du Robache) une église dédiée à Notre Dame et aux apôtres ainsi qu’un monastère sous la règle de Saint Colomban mitigée de celle de Saint Benoît.

Il y meurt le 19 juin 679, âgé d’environ 90 ans.

Il devient patron principal de la Cathédrale, de la ville de Saint-Dié et du diocèse érigé en 1777.

Seigneur, notre Dieu, 
tu as fait entendre à saint Dié
l’appel à se retirer dans la solitude
pour vivre à ton écoute ; 
Par son intercession
donne-nous de découvrir dans la prière
la vérité dont nous devons témoigner
devant les hommes.

12 juillet - Saint Hydulphe, abbé

Hydulphe naît vers 612 près de Ratisbonne. Moine à Saint Maximin de Trèves, il est élu évêque auxiliaire de ce diocèse.

Il construit un monastère où il inhume saint Maximin. Il exerce sa fonction pendant une trentaine d’années puis se démet de sa charge et fonde dans la vallée du Rabodeau, entre ceux d’Étival et de Senones, un monastère nommé pour cette raison Moyen-Moutier.

Il répartit ses disciples en plusieurs oratoires. IL meurt le 11 juillet 707. On l’inhume dans l’oratoire Saint Grégoire (aujourd’hui chapelle de l’ancien cimetière, qui garde encore son sarcophage).

On vénère ses reliques en l’église de Moyenmoutier.

Tu as réuni, Seigneur, en saint Hydulphe
le zèle du pasteur
et la vie de prière du moine ; 
Donne-nous de savoir comme lui
te chercher dans le recueillement 
et t’honorer dans le service de nos frères.

18 août - Bienheureux Jean-Baptiste MENESTREL, prêtre et ses compagnons martyrs

A la suite des mesures anti-religieuses décidées par la Convention nationale, 829 prêtres et religieux originaires de 36 diocèses de France, sont conduits au printemps 1794 vers le port de Rochefort afin d’être déportés en Guyane.

Enfermés sur deux navires négriers qui resteront finalement ancrés à l’embouchure de la Charente, 547 mourront victimes d’épidémies et des brimades de leurs gardiens.

A partir du 18 août, les prêtres les plus malades furent débarqués sur l’île Madame. 254 y sont inhumés.

Parmi eux, l’Église de Saint-Dié vénère Jean-Baptiste MENESTREL, né le 5 décembre 1748 à Serécourt (Vosges), chanoine du Chapitre de Remiremont, (déporté sur le "Washington", mort le 16 août 1794) et Claude RICHARD, né le 19 mai 1741 à Lérouville (Meuse) religieux bénédictin à Moyenmoutier (Vosges), (déporté sur le "Deux-Associés", mort le 9 août 1794).

Le 1er octobre 1995, Jean-Paul II proclame bienheureux 64 d’entre eux, morts Martyrs. Ils ont laissé un témoignage émouvant de fidélité au Christ et au Siège apostolique et de pardon à leurs gardiens pour la paix de l’Église et de la société.

Cette phrase, prononcée par l’un des prêtres va devenir leur commune devise :

"Si nous sommes les plus malheureux des hommes, nous sommes aussi les plus heureux des chrétiens !"

Seigneur Dieu, 
tu as donné au bienheureux Jean-Baptiste MENESTREL et à ses compagnons 
dans l’extrême détresse de la déportation,
la grâce de la fidélité et du pardon ;
A leur exemple, 
accorde-nous de demeurer toujours attaché à ton Église 
et ardents à nous réconcilier avec nos frères.

2 septembre - Bienheureux Jean-François BURTE, prêtre et ses compagnons martyrs

En août 1792, trois évêques, plus de deux cents prêtres et quelques laïcs sont emprisonnés à Paris pour refus de serment à la Constitution Civile du Clergé.

Ils sont massacrés dans les premiers jours de septembre.

Le 17 octobre 1926, Pie XI proclame bienheureux cent quatre-vingt-onze d’entre eux morts Martyrs. Parmi eux, l’Église de Saint-Dié vénère le Père Jean-François Burte.

Né à Rambervillers, le 22 juin 1740, il entre à 17 ans chez les Cordeliers (Franciscains de la stricte observance), à Nancy. Docteur en théologie, il y est professeur ; puis à Paris il devient procureur général de sa province.

Avec lui meurt aux Carmes un jeune diacre de Nancy, le bienheureux Antoine de Ravinel.

Seigneur, c’est pour défendre la liberté de ton Église
que le bienheureux Jean-François et ses compagnons 
sont tombés sous les coups de leurs persécuteurs ;
A leur prière accorde-nous de rester jusqu’à la mort
fermes dans la foi.

4 septembre - Saint Mansuy, premier Évêque de Toul

L’Église de Toul, vénère traditionnellement, comme son premier évêque, Saint Mansuy qui vit au IV° ; siècle et annonce l’Évangile au pays des Leuques (Toulois).

Son corps est inhumé dans l’oratoire édifié par lui-même en l’honneur de Saint Pierre dans le faubourg appelé "Faubourg Saint-Mansuy".

C’est l’un de ses successeurs, le pape Saint Léon IX, qui proclame la sainteté de Mansuy et de Gérard.

Seigneur, tu as appelé nos pères à la lumière de l’Évangile
par la prédication de l’évêque saint Mansuy ; 
Accorde-nous, par son intercession,
de revêtir la mansuétude et l’humilité du Christ
pour révéler ton amour à nos frères.

7 septembre - Saint Gauzelin, Évêque de Toul

Issu d’une noble famille franque, le prêtre Gauzelin, notaire à la chancellerie royale de Charles-le-Simple, est sacré évêque de Toul le 17 mars 922.

Après les dévastations causées par les invasions danoises et hongroises, Gauzelin relève son diocèse, réforme les monastères et en construit de nouveaux.

Il meurt le 7 septembre 962 après 40 années d’épiscopat.

Dieu plein de bonté,
tu as empli l’évêque saint Gauzelin 
d’un grand zèle pour la sainteté de ton Église ;
Poursuis en nous l’œuvre qu’il entreprit jadis, 
pour que ton peuple progresse en fidélité
sous la conduite de pasteurs conscients de leur mission.

11 septembre - Saint Bodon, Évêque de Toul

Leudin, surnommé Bodon, naît vers 625 dans le Bassigny, au sein d’une famille noble d’Austrasie.

Après quelques années de mariage, d’un commun accord, chacun des deux époux choisit la vie religieuse dans la ville de Laon.

Époux, père, Bodon devient moine puis évêque. Il est choisi par le clergé comme évêque de Toul.

Il consacre ses biens à soulager les malades et les pauvres.

Selon la tradition, il fonde l’abbaye d’Étival. Il meurt à Toul vers 678.

On inhume son corps auprès de Saint Mansuy.

Seigneur, nous te rendons grâce
d’avoir fait de l’évêque saint Bodon 
un père pour les pauvres -
et un protecteur pour ceux qui mènent une vie consacrée. 
Donne-nous, à son exemple, de suivre le Christ, 
dans le service des plus délaissés 
et la recherche de l’unique nécessaire.

12 septembre - Saint Amé, Saint Romaric et Saint Adelphe, abbés

Amé ou Aimé naît à Grenoble vers 570. Adolescent, il entre à l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune (Suisse). Il y vit pendant trente ans en moine exemplaire, puis se retire comme ermite dans une grotte. Saint Eustase le décide à l’accompagner à Luxeuil.

D’une mission prêchée à Metz, il ramène Romaric. Vers 620, Amé et Romaric gagnent le Mont Habend (futur Saint Mont). Sous la règle de Saint Colomban, ils y fondent deux monastères de moines et de moniales. "La louange perpétuelle" est assurée par sept chœurs de religieuses. Amé en est le premier abbé.

Il meurt le 13 septembre 629. Romaric, devenu prêtre, lui succède. Il s’éteint à son tour le dimanche 8 décembre 653. Adelphe devient le 3° ; abbé. C’est le début de l’évangélisation du pays de Remiremont. Le 13 novembre 1049, le pape lorrain Saint Léon IX canonise les " Corps Saints " par la translation de leurs reliques.

Dieu ami des humbles 
tu as appelé les saints Amé, Romaric et Adelphe 
à mener une vie fraternelle dans la prière et le partage ;
Fais-nous la grâce de vivre comme eux, attentifs les uns aux autres, 
à l’écoute de l’Esprit que tu nous a donné.

28 septembre - anniversaire de la dédicace de l'église Cathédrale

Le 21 juillet 1777, le diocèse de Saint-Dié est érigé par démembrement du diocèse de Toul.

De ce fait, la collégiale Saint-Maurice, héritière sous ce vocable de la première église monastique du fondateur devient la cathédrale Saint-Dié. Jusqu’au 17 novembre 1944, on fête sa dédicace le 18 septembre.

Dans la nuit du 16 au 17 novembre, les allemands détruisent par dynamitage la cathédrale au cours de l’incendie systématique de la rive droite de la ville. Il faut trente années de travaux pour retrouver notre cathédrale et sa silhouette d’antan.

Le 28 septembre 1974, elle est solennellement consacrée.

En ce jour, nous fêtons désormais la nouvelle dédicace de la cathédrale.


6 décembre - Saint Nicolas, Évêque patron de la Lorraine

Nicolas est né à Patare en Lycie (actuelle Turquie).

D’abord moine, puis abbé, il devient évêque de Myre en Asie Mineure. Avec une grande charité, il soulage les détresses corporelles et spirituelles.

Il est l’un des Pères du Concile de Nicée (325) qui proclame contre l’hérésie arienne la divinité de Jésus Christ. Il meurt à cette époque.

Son culte se répand en Occident après la translation de son corps à Bari en 1087, et particulièrement en Lorraine quand le chevalier Aubert, de Port, rapporte une de ses reliques dans son pays qui va devenir Saint-Nicolas-de-Port.

En 1477 le duc René II proclame Saint Nicolas Patron de la Lorraine.

Dans un dessein mystérieux
Tu as voulu, Seigneur, qu’un lointain évêque d’Asie
devienne le patron de la Lorraine ; 
Par l’intercession de saint Nicolas conserve en notre Église
la fidélité au dépôt de la foi et le zèle apostolique
des premiers serviteurs d’Évangile.

9 décembre - Saint Pierre Fourier, prêtre

Né à Mirecourt le 30 novembre 1565, brillant étudiant à l’université de Pont-à-Mousson, chanoine régulier à Chaumousey, il est ordonné prêtre le 25 février 1589 à Trèves.

Il réforme son abbaye puis devient curé de Mattaincourt pendant 30 ans, mettant en pratique sa devise : "Ne nuire à personne, être utile à tous".

Avec Alix Leclerc il fonde en 1597 la Congrégation des Chanoinesses de Notre Dame pour l’éducation chrétienne des jeunes filles.

Il meurt en exil à Gray le 9 décembre 1640. Béatifié le 29 janvier 1730, il est canonisé par Léon XIII le 27 mai 1897. Son corps est conservé en l’église paroissiale de Mattaincourt, il est le patron et le modèle des prêtres vosgiens.

Dieu de tendresse
tu as fait de Saint Pierre Fourier 
un prêtre rempli de ton amour,
désireux de ne nuire à personne
et d’être utile à tous. 
A sa prière
Répands en nous ton esprit de charité 
qui nous aidera à servir nos frères 
par amour pour toi.

 

Nos Paroisses

Espace jeunes

Pastorale des jeunes

Espace jeune pastorale Vosges

> voir le blog

Rencontres

avec Vosges télévision

Rencontres avec Vosges Télévision

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

Revue Diocésaine Église dans les Vosges

> Abonnez-vous