Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #175

Mercredi 20 janvier – "Lève-toi, viens au milieu"

Retrouvez notre dossier quotidien : "Vivre sa foi à domicile" : une méditation d'Évangile chaque dimanche, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters hebdomadaires de temps en temps, alors ensemble restons connectés.
 


« Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? De sauver une vie ou de tuer ? » (Marc 3, 1-6)

En ce temps- là,
Jésus entra de nouveau dans une synagogue ;
il y avait là un homme dont la main était atrophiée.
On observait Jésus
pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat.
C’était afin de pouvoir l’accuser.
Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée :
« Lève-toi, viens au milieu. »
Et s’adressant aux autres :
« Est-il permis, le jour du sabbat,
de faire le bien ou de faire le mal ?
de sauver une vie ou de tuer ? »
Mais eux se taisaient.
Alors, promenant sur eux un regard de colère,
navré de l’endurcissement de leurs cœurs,
il dit à l’homme :
« Étends la main. »
Il l’étendit, et sa main redevint normale.

Une fois sortis,
les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode
contre Jésus,
pour voir comment le faire périr.

 

 

 

LES PORTES DE LA PAROLE

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu, avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

« Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mail ?
De sauver une vie ou de tuer ? »

La vie chrétienne n’est pas d’abord un ensemble de règles,
mais une question de bien et de mal, de vie et de mort.
 "


 

LA MÉDITATION DU JOUR

C’est l’histoire d’un homme qui remet en cause l’ordre établi en rétablissant de l’ordre. Cet homme, Marc nous aide à le découvrir à travers ce récit attachant. Jésus se rend à la synagogue un jour de sabbat. Dans ce lieu de prière, l’auteur signale la présence de religieux stricts et d’une personne handicapée de la main. 

Le sabbat est initialement la célébration du Dieu libérateur mais on est préoccupé par autre chose : on veut savoir si ce guérisseur de Jésus va commettre de nouveau un forfait ce jour béni. S’il le fait, ce sera une bonne occasion pour le condamner ! Jésus comprend dans quel panier, il est tombé. Il va d’abord s’adresser à la personne handicapée plutôt discrète. Il l’invite à se lever et à se rendre au centre. Ainsi, il fait de cette personne-là plus importante de l’assemblée alors que, dans la société, il ne faisait sûrement pas partie des privilégiés. 

Et aux autres, il adresse cette question essentielle : est- il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? De sauver une vie ou de tuer ? À ces hommes faisant du rite un absolu contraignant, Jésus invite à retrouver le sens de ce sabbat au service de l’homme et non l’inverse. Jésus rétablit l’handicapé dans sa dignité d’humain, dans une situation normale, il signifie ainsi ce à quoi chacun est appelé. Lui, le maître du sabbat, libère la Création dans le bien et la vie et il nous invite à entrer dans cette dynamique à sa suite. Bien sûr, cela dérange autant hier qu’aujourd’hui car il est plus facile de se refugier dans des niches privées, même mystiques, que d’aborder en face les problèmes abimant la dignité de tant d’hommes, de femmes et d’enfants.

Aujourd’hui, dans l’actualité, les lois de bioéthique en débat au Parlement interrogent. L’inceste et les agressions des enfants sont encore à la une. Les réfugiés, les miséreux, les discriminés, les victimes de la violence, des dérèglements environnementaux frappent à nos consciences. 

Méditons ces paroles de Jésus au cœur d’une célébration religieuse : ce combat pour la libération de l’humain, pour nous, ne se fera pas sans Dieu mais avec Lui, pas sans la liturgie mais aussi au cœur de celle-ci. Laissons nos rites être habités par l’épaisseur de notre humanité afin qu’ils servent les humains et ne soient pas vidés de sens et ridicules.
 

Père Yves Fagnot
Curé modérateur des paroisses de Vittel, Darney, Monthureux-sur-Saône et Lamarche


 

"KT À DOMICILE" - Le dessin du jour



Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 109 (110)

R/ Tu es prêtre à jamais
selon l’ordre de Melkisédek.

Oracle du Seigneur à mon seigneur :
« Siège à ma droite,
et je ferai de tes ennemis
le marchepied de ton trône. »

De Sion, le Seigneur te présente
le sceptre de ta force :
« Domine jusqu’au cœur de l’ennemi. »

Le jour où paraît ta puissance,
tu es prince, éblouissant de sainteté :
« Comme la rosée qui naît de l’aurore,
je t’ai engendré. »

Le Seigneur l’a juré
dans un serment irrévocable :
« Tu es prêtre à jamais
selon l’ordre du roi Melkisédek. »

 

Musique du jour :

" Mon frère"  –  Les Guetteurs

 


Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous