Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #171

Samedi 16 janvier – Pas meilleurs que les autres...

Retrouvez notre dossier quotidien : "Vivre sa foi à domicile" : une méditation d'Évangile chaque dimanche, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters hebdomadaires de temps en temps, alors ensemble restons connectés.
 


« Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Marc 2, 13-17)

En ce temps-là,
Jésus sortit de nouveau le long de la mer ;
toute la foule venait à lui,
et il les enseignait.
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée,
assis au bureau des impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
L’homme se leva et le suivit.
Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi,
beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)
et beaucoup de pécheurs
vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples,
car ils étaient nombreux à le suivre.
Les scribes du groupe des pharisiens,
voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains,
disaient à ses disciples :
« Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
Jésus, qui avait entendu, leur déclara :
« Ce ne sont pas les gens bien portants
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes,
mais des pécheurs. »

 

 

LES PORTES DE LA PAROLE

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu, avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

« Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs. »

Savoir qu’on n’est pas meilleur que les autres, ça rend meilleur… "

 

LA MÉDITATION DU JOUR

Ce texte se situe au début de l'évangile de Marc, aux premiers appels et aux débuts d'une nouvelle communauté. Il appelle un homme Lévi qui est collecteur d'impôts, à l'époque : un pêcheur.

Lorsque Marc raconte le banquet de Jésus avec les pêcheurs, il pose cette controverse dans un contexte où la discrimination sociale et religieuse continue  de sévir au sein de l'Eglise. Un pêcheur peut il être appelé ?  Jésus répond : "ce ne sont pas les biens portants qui ont besoin de médecin, mais les malades, je suis venu appeler non pas les justes mais les pêcheurs".

Pour lui ce ne sont pas les gens pêcheurs à écarter, à exclure, ce sont des hommes et des femmes appelés à la réconciliation, à la communion.

Ce questionnement m'invite à 2 réflexions :

  • Le sens de l'appel : sommes nous prêts à entendre, à écouter l'appel de la mission ? Quelle réponse libre et consciente à l'appel de Dieu aujourd'hui dans les réalités qui sont les miennes, là où j'ai des leviers pour agir ?  Jésus renverse profondément la perspective : il ne s'agit pas de montrer sa capacité à être "religieux", pratiquant sa foi dans une démarche volontariste que de découvrir la chambre secrète de notre cœur où Dieu vient à notre rencontre.
     
  • Les discriminations sont hélas toujours d'actualité, les situations d'exclusion de toutes sortes vont à l'encontre de la parole du Pape François, "nous habitons tous la même maison". Comment, en rendant la dignité à toutes les femmes et à tous les hommes, nous poursuivons l'œuvre de la création ? Dans sa nouvelle encyclique Fratelli Tutti, le pape François appelle à reconnaître la dignité de chaque personne humaine : « Je forme le vœu qu’en cette époque que nous traversons, en reconnaissant la dignité́ de chaque personne humaine, nous puissions tous ensemble faire renaître un désir universel d’humanité. » (Fratelli Tutti §8)
     

Odile Delhaye
Membre du bureau diocésain et régional du CCFD-Terre Solidaire

 

"KT À DOMICILE" - Le dessin du jour



Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 18B (19)

R/ Tes paroles, Seigneur, sont esprit
et elles sont vie.  (cf. Jn 6, 63c)

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

Accueille les paroles de ma bouche,
le murmure de mon cœur ;
qu’ils parviennent devant toi,
Seigneur, mon rocher, mon défenseur !

 

Musique du jour :

"L'ancre de ma foi"  –  Dan Luiten

 


Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous