Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #100

Vendredi 6 novembre – "Soyez plus malin que le Malin !"

Retrouvez notre dossier quotidien : "Vivre sa foi à domicile" : une méditation d'Évangile chaque dimanche, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters hebdomadaires de temps en temps, alors ensemble restons connectés.

 


UN JOUR, UN SAINT DU DIOCÈSE

Chaque jour, suivant ce dimanche de la Toussaint, découvrez un des 18 saints vosgiens à partir de son portrait et d'une prière qui lui est associée.
 

Saint Nicolas


Dans un dessein mystérieux
Tu as voulu, Seigneur, qu’un lointain évêque d’Asie
devienne le patron de la Lorraine ;
Par l’intercession de saint Nicolas conserve en notre Église
la fidélité au dépôt de la foi et le zèle apostolique
des premiers serviteurs d’Évangile
.
 

En savoir plus sur Saint Nicolas

 




« Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. » (Luc 16, 1-8)

En ce temps-là,
    Jésus disait aux disciples :
« Un homme riche avait un gérant
qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens.
    Il le convoqua et lui dit :
“Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ?
Rends-moi les comptes de ta gestion,
car tu ne peux plus être mon gérant.”
    Le gérant se dit en lui-même :
“Que vais-je faire,
puisque mon maître me retire la gestion ?
Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force.
Mendier ? J’aurais honte.
    Je sais ce que je vais faire,
pour qu’une fois renvoyé de ma gérance,
des gens m’accueillent chez eux.”
    Il fit alors venir, un par un,
ceux qui avaient des dettes envers son maître.
Il demanda au premier :
“Combien dois-tu à mon maître ?”
    Il répondit :
“Cent barils d’huile.”
Le gérant lui dit :
“Voici ton reçu ;
vite, assieds-toi et écris cinquante.”
    Puis il demanda à un autre :
“Et toi, combien dois-tu ?”
Il répondit :
“Cent sacs de blé.”
Le gérant lui dit :
“Voici ton reçu, écris 80.”
    Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête
car il avait agi avec habileté ;
en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux
que les fils de la lumière. »

 

LES PORTES DE LA PAROLE

Chaque dimanche, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu, avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

« Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux
que les fils de la lumière. »

Soyons plus malins que le Malin."

 

La méditation du jour :

Un homme riche possédait de la terre, Jésus nous parle d’un domaine agricole, et ce propriétaire place sa terre en gérance à un homme en qui il a placé toute sa confiance mais le rend responsable de la vie du domaine et de ses habitants.

Sa gestion ne plaisait pas à tout le monde d’où la dénonciation, nous pouvons facilement imaginer quelques « amis », qui avaient su se placer auprès du gérant et partageaient avec lui quelques fruits plus ou moins détournés de la poche du propriétaire et pour ce faire faisaient travailler les ouvriers dans des conditions où la dignité de la personne passait en seconde, voire troisième ligne, au détriment d’une vie heureuse pour tous.
Que le travail des uns remplisse les comptes en banque d’une minorité d’autres ne dure qu’un temps, d’où la dénonciation.

Le gérant paie de sa place la vision faussée de sa responsabilité et doit se remettre en question. Qu’est-ce que j’ai mal géré : la confiance que mon maître avait en moi, mes biens, mes relations avec les personnes dont j’ai eu la responsabilité ou simplement mon voisin, ou encore mes facultés intellectuelles et morales… Où est le loupé ?

Sans perdre trop de temps à se poser des questions, dans la précipitation, le gérant poursuit sa route dans l’erreur et le mensonge, ce qu’il sait faire de mieux finalement ! Il va se servir des liens tissés tout au long de sa gérance douteuse pour assurer ses arrières, et va impliquer dans le mensonge « ceux qui avaient des dettes envers son maître ». Ce n’est pas une remise de dettes libératrice qu’il propose mais au contraire une mise en dépendance des débiteurs envers lui.

Jésus semble faire l’éloge de ce triste personnage « car il avait agi avec habileté » pour sa vie future pendant qu’il en avait encore la possibilité et semble regretter que « les fils de la lumière » – Il s’adressait à ses disciples – n’aient pas cette même habilité pour « assurer leur arrière ».


Daniel Mondy
Diacre pour la paroisse d'Épinal

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 121 (122)

R/ Dans la joie, nous irons
à la maison du Seigneur.

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur !

C’est là qu’Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.

 

Musique du jour :

 "Allez porter ma joie au monde" – Jean-Jacques Juven

 


Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous