Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #96

Lundi 2 novembre – « Venez, les bénis de mon Père »

Retrouvez notre dossier quotidien : "Vivre sa foi à domicile" : une méditation d'Évangile chaque dimanche, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters hebdomadaires de temps en temps, alors ensemble restons connectés.

 

COMMÉMORATION DE TOUS LES FIDÈLES DÉFUNTS


UN JOUR, UN SAINT DU DIOCÈSE

Chaque jour, suivant ce dimanche de la Toussaint, découvrez un des 18 saints vosgiens à partir de son portrait et d'une prière qui lui est associée.

 

Saint Pierre Fourier

Dieu de tendresse
tu as fait de Saint Pierre Fourier un prêtre rempli de ton amour,
désireux de ne nuire à personne et d’être utile à tous.
À sa prière
Répands en nous ton esprit de charité
qui nous aidera à servir nos frères par amour pour toi.

 

En savoir plus sur Saint Pierre Fourier

 

 

 

 

« Ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. » (Matthieu 5, 31-46)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
  « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire.
  Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :
  il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
  Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :
‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume
préparé pour vous depuis la fondation du monde.
  Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;
j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
  j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
  Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu...?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
  tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?
tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
  tu étais malade ou en prison...
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
  Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’

          Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
  Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
  j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
  Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu
avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?’
  Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous ne l’avez pas fait
à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

          Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel,
et les justes, à la vie éternelle. »

 

LES PORTES DE LA PAROLE

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu, avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

« Vous aussi, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y pensez pas que le Fils de l’homme viendra. »

Se préparer à la mort comme à un rendez-vous."

 

La méditation du jour :

La prière pour les défunts fait partie de la plus ancienne tradition de l’Église. Il est naturel que, le lendemain de la fête de ceux qui contemplent la face de Dieu, notre prière se tourne vers tous ceux qui sont morts dans l’espoir de le voir eux-aussi.

Et si, à chaque eucharistie, nous demandons au Seigneur de se souvenir de tous ceux « qui se sont endormis dans l’espérance de la résurrection », c’est bien parce qu’ils ne peuvent plus rien pour le pardon de leurs fautes. C’est pour cela qu’ils ont tant besoin de notre prière : c’est la prière pour les âmes du purgatoire, que nous oublions trop souvent. Cette journée est aussi l’occasion de prier pour toutes les victimes de cette pandémie, ainsi que pour tous les morts tombés dans l’oubli.

Ainsi, cette commémoraison de tous les fidèles défunts, ainsi que l’Évangile de ce jour, nous replacent dans la perspective du Jugement Dernier. Quand notre Seigneur reviendra, nous serons jugés. Les bons obtiendront en héritage la vie éternelle promise, et les mauvais « s’en iront au châtiment éternel ».

Juger. Nous connaissons bien cela : nous jugeons tout et tout le monde, nous séparons ce que nous pensons être les justes et les mauvais, en nous considérant comme le plus juste d’entre tous. Mais qui connaît le mieux le fond des cœurs ? Certainement pas nous ! « Il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs ». La première chose à retenir de ce passage, c’est que seul Dieu juge avec justice, et que juger son prochain, ce n’est rien d’autre que se prendre pour Dieu.

Soyons donc humbles lorsque nous regardons notre prochain, car c’est un manque profond d’amour que de juger son prochain ; et si l’Évangile de Mathieu dit aussi « ne jugez pas pour ne pas être jugés » (Mt 7, 1), c’est parce que c’est sur l’amour, et uniquement sur l’amour que nous serons jugés. En effet, dans ce passage, il n’est fait mention de rien d’autre que de l’amour du prochain : « j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger... j’étais malade et vous m’avez visité... ». Il n’y a rien sur la pratique de la religion, la prière, ou même la proclamation de la Bonne Nouvelle !

Ce n’est pas pour rien que l’enseignement de l’Église parle d’une « option préférentielle pour les pauvres » : c’est notre capacité à nous laisser interpeller par les fragilités de nos frères qui témoignera de notre obéissance au plus grand de tous les commandements : « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mt 22, 39).

En cette période difficile, plus que jamais, l’Humanité est en besoin d’amour. Le confinement entretient l’individualisme, c’est l’amour qui nous en protègera.

Baptiste ANTOINE
Séminariste pour le diocèse de Saint-Dié

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 26 (27)

R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.

Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

 

Musique du jour :

 "Quand la ténèbre" – Communauté de l'Emmanuel

 

Prière de la Toussaint

Prions pour tous les saints qui nous précèdent dans le Royaume de Dieu, pour toutes les personnes défuntes et leurs proches. Aide-nous à cheminer vers la sainteté et à prolonger dans la paix les actes de Foi et l'amour des proches disparus.
 


Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Toussaint 2020.

Retrouvez qui est qui ?

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous