Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #89

Dimanche 20 septembre – « Allez à ma vigne, vous aussi... »

À la fin de cette pause estivale, nous reprenons notre dossier hebdomadaire : "Vivre sa foi à domicile" : une méditation d'Évangile chaque dimanche, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters hebdomadaires de temps en temps, alors ensemble restons connectés.


« Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste. » (Matthieu 20, 1-16)

En ce temps-là,
Jésus disait cette parabole à ses disciples :
    « Le royaume des Cieux est comparable
au maître d’un domaine qui sortit dès le matin
afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.
    Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée :
un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent,
et il les envoya à sa vigne.
    Sorti vers neuf heures,
il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire.
    Et à ceux-là, il dit :
‘Allez à ma vigne, vous aussi,
et je vous donnerai ce qui est juste.’
    Ils y allèrent.
Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures,
et fit de même.
    Vers cinq heures, il sortit encore,
en trouva d’autres qui étaient là et leur dit :
‘Pourquoi êtes-vous restés là,
toute la journée, sans rien faire ?’
    Ils lui répondirent :
‘Parce que personne ne nous a embauchés.’
Il leur dit :
‘Allez à ma vigne, vous aussi.’

    Le soir venu,
le maître de la vigne dit à son intendant :
‘Appelle les ouvriers et distribue le salaire,
en commençant par les derniers
pour finir par les premiers.’
    Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent
et reçurent chacun une pièce d’un denier.
    Quand vint le tour des premiers,
ils pensaient recevoir davantage,
mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.
    En la recevant,
ils récriminaient contre le maître du domaine :
    ‘Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure,
et tu les traites à l’égal de nous,
qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !’
    Mais le maître répondit à l’un d’entre eux :
‘Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi.
N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?
    Prends ce qui te revient, et va-t’en.
Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :
    n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ?
Ou alors ton regard est-il mauvais
parce que moi, je suis bon ?’

    C’est ainsi que les derniers seront premiers,
et les premiers seront derniers. »

 

Les portes de la Parole

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu,
avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

« Je veux donner au dernier venu autant qu'à toi. »

Une même vigne, un même salaire,
un même amour.
"


 

La méditation du jour :

Les paraboles, ces histoires où rien ne se passe comme nous pourrions nous y attendre. Chacune d’elles, et celle-ci ne fait pas exception, a son originalité, sa démesure qui vient nous interpeller et nous bousculer. Extravagances pour nous révéler un visage d’Amour sans mesure, de paradis gratuit et de juste place sous le regard de Dieu pour chaque ouvrier.

Ce Dieu qui appelle inlassablement à toutes les heures et à toutes les saisons de notre vie. Chrétien depuis l’enfance ou comme les catéchumènes, inscrire son nom dans les registres chrétiens beaucoup plus tard voire bien plus tard encore dans cette ultime intimité du face à face avec le visage du Christ… Dieu ne compte pas. Ouvrier de la première ou de la dernière heure, sa générosité est infinie tel Jésus en face du bon larron, il sera possible d’entendre : 

« En vérité, je te le dis : Aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23,43)

Dieu fait confiance à tous et comme dans la parabole, nous sommes tous appelés.

Dieu appelle de différentes façons : certains très tôt avec un accord ; un contrat. D’autres plus tardivement avec l’assurance de ce qui est juste. D’autres qui peinent longuement sur le chemin, n’ont pas même une promesse de salut mais avec Dieu pas question de mérites, de barèmes ou d’heures passées. Vivons à l’heure de la confiance, du don gratuit car Dieu ne désespère jamais de personne, à l’heure du Père il n’est jamais trop tard !

Dieu rejoint chacun de nous à l’heure où sa liberté intérieure sera disponible pour entendre et accepter l’inattendu de cet Amour. Dieu sait nous attendre et nous accueillir sans conditions. Dieu n’entre pas dans le cercle sans fin de nos comparaisons et mesquineries. Apprendre à nous réjouir de l’abondance de l’amour reçu par autrui même si cela peut nous paraître injuste. N’avons-nous pas supporté le poids du jour et la grosse chaleur dans notre labeur ?

Écoutons les grâces que nous partagent les catéchumènes et apprenons à nous réjouir de ce qu’ils reçoivent de si beau et qui peut nous paraître démesuré à nous qui sommes parfois enfermés dans les routines de notre foi. Laissons les découvrir à leur rythme les bontés de Dieu et acceptons les haltes et les absences. Gardons-nous de juger les peines et les charges de chacun. Halte aux comparaisons et ouvrons nos raisonnements à la générosité de Dieu. Travaillons davantage pour les rejoindre et les accompagner, leur regard embué par la grâce qui les touche et la simplicité de leur confiance seront notre récompense.

La justice de Dieu n’est pas la justice des hommes. Tels les ouvriers de la 11ème heure qui reconnaissent humblement que personne n’a voulu d’eux, n’attendons pas de rétribution mais réjouissons-nous de la grâce que le Seigneur nous accorde. 

"Viens travailler à ma vigne" dit le Seigneur….c’est possible à tout âge et à toute heure.

 

Régine François
Service diocésain du catéchuménat

 

"KT à domicile" - Le dessin du jour : 



Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 144 (145)

R/ Proche est le Seigneur
de ceux qui l’invoquent.

Chaque jour je te bénirai,
je louerai ton nom toujours et à jamais.
Il est grand, le Seigneur, hautement loué ;
à sa grandeur, il n’est pas de limite.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Il est proche de tous ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

 

Musique du jour :

"Avé Maria" – Armel Paul Marie

 


Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous