Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #81

Dimanche 12 juillet – « Le semeur sortit pour semer »

Suite à la reprise du culte public, nous continuons notre dossier : "Vivre sa foi à domicile", de manière hebdomadaire : une méditation d'Évangile chaque dimanche, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, notre rubrique "Art et foi", nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters hebdomadaires de temps en temps, alors ensemble restons connectés.


« Heureux vos yeux puisqu'ils voient, et vos oreilles puisqu'elles entendent !  (...) Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. » (Matthieu 13, 1-23)

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer.
    Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes 
qu’il monta dans une barque où il s’assit ;
toute la foule se tenait sur le rivage.
    Il leur dit beaucoup de choses en paraboles :
« Voici que le semeur sortit pour semer.
    Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin,
et les oiseaux sont venus tout manger.
    D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ;
ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde.
    Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché.
    D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés.
    D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit 
à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un.
    Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

    Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent :
« Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »
    Il leur répondit :
« À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux,
mais ce n’est pas donné à ceux-là.
    À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ;
à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a.
    Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder,
et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.
    Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe :
Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas.
Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.
    Le cœur de ce peuple s’est alourdi :
ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux,
de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent,
que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent,
– et moi, je les guérirai.
   Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, 
et vos oreilles puisqu’elles entendent !
   Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré
voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu,
entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

    Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur.
    Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre,
le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur :
celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin.
    Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux,
c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ;
    mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment :
quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt.
    Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ;
mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit.
    Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend :
il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »

 

 

Les portes de la Parole

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu,
avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

« Voici que le semeur est sorti. »

Dieu sort, il sème, il prend tous les risques. Recevons-le. "


 

La méditation du jour :

« Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison…Voici que le semeur sortit pour semer. »

Voilà donc le ton et l’élan donnés. Tout le contraire du confinement que nous avons connu ou même de la tentation de repli qui pourrait nous guetter.

Sortir ! C’est là, à l’origine le mouvement du Verbe de Dieu, descendu du ciel, venu rencontrer l’humanité, sorti du sein du Père, par amour et miséricorde du monde. La rencontre de la Parole de Vie.

Sortir ! C’est la mission du Christ à la rencontre des hommes parcourant la Galilée, proclamant l’Evangile dans les synagogues, annonçant le Royaume.

Sortir ! C’est tout l’élan missionnaire des disciples de Jésus que la parabole du semeur explicite. Cet élan qui s’articule entre l’annonce et l’écoute de la Parole, ici de la Parabole.

Toute la liturgie de ce 15° dimanche d’ailleurs éclaire ce dynamisme ad extra : la pluie et la neige qui descendent des cieux comme autant de prémices de germination et de moisson à venir. Tu visites la terre et tu l’abreuves comme préfiguration de toutes les visitations de Dieu à travers la Parole. Une Parole créatrice, féconde, généreuse.

Sortir ! C’est aussi le tournant missionnaire voulu par le Pape François dans l’appel de Evangelii gaudium traduit par le désir de voir « l’Église en sortie » :

      « Tout renouvellement dans l’Eglise doit avoir pour but la mission pour ne pas tomber dans le risque d’une sorte d’introversion ecclésiale ». J’imagine un choix missionnaire capable de transformer toute chose…faire en sorte que la pastorale ordinaire, en toutes circonstances soit plus expansive et ouverte, qu’elle mette les agents pastoraux en constante attitude de « sortie ». ( EG, n°27)

Sortir ! Une activité légitime en ce temps de vacances estivale qui nous fera garder le sens profond de la rencontre et le souci de semer en terre renouvelée par le repos et la détente.


Père Philippe Hue
Curé modérateur de la paroisse de Thaon-les-Vosges / Capavenir

 

"KT à domicile" - Le dessin du jour : 


Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"


 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 64 (65)

R/ Tu visites la terre et tu l’abreuves, Seigneur,
tu bénis les semailles.

Tu visites la terre et tu l’abreuves,
tu la combles de richesses ;
les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau,
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
tu arroses les sillons ;
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits,
sur ton passage, ruisselle l’abondance.
Au désert, les pâturages ruissellent,
les collines débordent d’allégresse.

Les herbages se parent de troupeaux
et les plaines se couvrent de blé.
Tout exulte et chante !

 

Musique du jour :

"Appelés pour bâtir le royaume" – Le Jeune Choeur Liturgique, Fabienne Martet

 


"Art et foi"

Le père Pierre-Jean Duménil, responsable du service Art Sacré et curé doyen d'Epinal, vous propose un itinéraire pour découvrir Jésus.

_______________________

L'OEUVRE DU JOUR :

Le semeur au soleil couchant
Vincent Van Gogh (Juin 1888) – Rijksmuseum, Amsterdam (Pays-Bas)

LA CITATION D'ÉVANGILE :

" Voici que le semeur est sorti pour semer. Comme il semait… "

Matthieu 13, 3-4
 

LE COMMENTAIRE DU PÈRE PIERRE-JEAN DUMÉNIL :

Au tout début de sa carrière, Van Gogh écrivait à son Frère Théo, en Septembre 1881 :

« Cher Théo, Quoique je vienne à peine de t'écrire, j'ai encore quelque chose à te dire. Notamment qu'il y a eu changement dans mon dessin, tout autant dans ma façon de faire que dans le résultat… Il faudra que je dessine sans cesse des bêcheurs, des semeurs, des laboureurs, hommes et femmes. Que j'examine et étudie tout ce qui fait partie de la vie à la campagne. Comme bien d'autres l'ont fait et le font encore. En face de la nature, je ne me sens plus impuissant comme jadis. »

Van Gogh s'inspire du semeur (1850) de Jean-François Millet, qu'il admire énormément. Il a déjà fait des dizaines de dessins après ce modèle, mais à Arles il veut peindre une nouvelle version "moderne". Non plus sombre, gris et sans beaucoup de couleur, comme Millet, mais avec des couleurs éclatantes et des contrastes vifs.

Toute l'attention est attirée sur le terrain avec des mottes de terre, peintes en peinture épaisse, bleu-violet et orange, presque comme un relief. Le semeur fait son travail et le soleil domine

L'aspect frappant de cette peinture est que, derrière le semeur, qui sème la terre labourée d'un large geste de bras, le maïs mûr peut encore être vu. Avec cela, Van Gogh se réfère au cycle de la nature et de la vie. Le thème du semeur a aussi pour lui un aspect religieux: le semeur sur la terre représente le semeur de la parole de Dieu.

« A semer trop peu, on récolte trop peu ; à semer largement, on récolte largement » (2 Co 9, 6). Il faut semer avec abondance et largesse. Comme le semeur qui, avec son geste auguste, « marche dans la plaine immense, va, vient, lance la graine au loin, rouvre sa main, et recommence » (V. Hugo). À l’image de Dieu, quand il crée et donne la vie.

Dans de nombreuses œuvres, le semeur a le visage du Christ. Ici, le visage est dans l’ombre… Qui va être le semeur de cette Parole dans le cœur des hommes et femmes d’aujourd’hui ?

 

Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous