Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #66

Vendredi 22 mai – Évangile selon saint Jean (16, 20-23a)

En ce temps de déconfinement, nous continuons notre dossier : "Vivre sa foi à domicile", dont vous connaissez désormais la formule : une méditation d'Évangile par jour, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, notre rubrique "Art et foi" qui se poursuit pendant ce temps de Pâques, nos propositions musicales, et notre rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters quotidiennes de temps en temps, alors ensemble restons connectés.

 


« Votre joie, personne ne vous l'enlèvera. » (Jean 16, 20-23a)

 

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Amen, amen, je vous le dis :
vous allez pleurer et vous lamenter,
tandis que le monde se réjouira ;
vous serez dans la peine,
mais votre peine se changera en joie.
La femme qui enfante est dans la peine
parce que son heure est arrivée.
Mais, quand l’enfant est né,
elle ne se souvient plus de sa souffrance,
tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde.
Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine,
mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ;
et votre joie, personne ne vous l’enlèvera.
En ce jour-là, vous ne me poserez plus de questions. »


 

 

 

Les portes de la Parole

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu,
avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

Pour l’Eglise, après les douleurs de l’enfantement, la joie d’être mère…
Que m’inspire cette comparaison ?
"


 

La méditation du jour :

Votre peine se changera en joie

Aujourd’hui, nous commençons les Dix jours du Saint-Esprit. En revivant le Cénacle, nous voyons la Mère de Jésus, Mère du Bon Conseil, converser avec les Apôtres. Conversation cordiale et riche. Ils se rappellent toutes les joies partagées avec le Maître. Les journées pascales, l’Ascension et les promesses de Jésus. Les souffrances des jours de la Passion sont devenues joie. Quelle chaleureuse ambiance dans ce Cénacle ! Et celle qui les attend, selon ce que Jésus leur a dit.

Marie, Reine des Apôtres, Mère de l’Église naissante, nous guide pour recevoir les dons et les fruits du Saint-Esprit. Les dons, c’est la voile du bateau quand elle se déploie et que le vent, symbole de la grâce, lui est propice : que le chemin est facile et rapide ! À nous aussi le Seigneur promet de convertir en joie nos fatigues : « Votre joie, personne ne vous l’enlèvera » (Jean 16, 22), « votre joie sera parfaite » (Jean 16, 24). Toute cette semaine, la liturgie nous parlera de rajeunissement, d’exultation, de félicité sûre et perpétuelle. Tout nous portera à vivre d’oraison.

Tout cela, c'est ce que font la joie et l’espérance ensemble, dans notre vie, quand nous faisons face aux épreuves, quand nous sommes confrontés à des problèmes, quand nous souffrons. Ce n’est pas une anesthésie. La douleur est la douleur, mais vécue avec joie et espérance elle nous ouvre à la joie d’un fruit nouveau. Cette image du Seigneur doit beaucoup nous aider dans les difficultés ; difficultés qui nous font parfois douter de notre foi… Mais avec la joie et l’espérance nous avançons parce qu’après cette tempête arrive un homme neuf, comme quand la femme accouche. Et cette joie et cette espérance Jésus nous dit qu’elle est durable, qu’elle ne passe pas.

 

Père Gilbert NZENZEMON
Prêtre de la Communauté de paroisses de Saint-Dié

 

"KT à domicile" - Le dessin du jour : 


Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 46 (47)

R/ Dieu est le roi de toute la terre.
ou : Alléluia ! 

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Celui qui nous soumet des nations,
qui tient des peuples sous nos pieds ;
il choisit pour nous l’héritage,
fierté de Jacob, son bien-aimé.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

 

Musique du jour :

"Avec Marie, ta mère" - Choeur Jubilemus

 


"Art et foi" - Discours du « pains de vie »

Le père Pierre-Jean Duménil, responsable du service Art Sacré et curé doyen d'Epinal, vous propose un itinéraire pour découvrir Jésus.

_______________________


L'OEUVRE DU JOUR :

La Danse II
Henri Matisse (1910) – Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg

 

LA CITATION D'ÉVANGILE :

Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. » "

Jean 16, 20-22
 

LE COMMENTAIRE DU PÈRE PIERRE-JEAN DUMÉNIL :

La Danse, ce thème si cher à Matisse, est devenu une image emblématique de son Œuvre. Et pourtant, elle n’a pas toujours reçu les éloges qu’on lui attribue aujourd’hui. La Danse II – ou simplement La Danse – est un tableau d'Henri Matisse réalisé en 1910. La toile est immense : elle mesure 290 sur 391 cm. Or, ce cadre est encore trop étroit pour la taille des personnages. Pour qu’ils s’insèrent intégralement dans le cadrage, Matisse impose une cambrure aux danseurs. Ainsi, le regard du spectateur est attiré par leur mouvement circulaire : les personnages du haut sont cambrés et les corps du bas sont en extension. Les courbes dominent, rythment et s’adaptent au format du tableau.

Si vous regardez les deux mains des personnages de gauche de La Danse de Matisse, vous remarquez que ce sont les seuls doigts qui ne se touchent pas. Ces deux danseurs semblent être les plus éloignés l’un de l’autre dans la ronde.

Des historiens de l’art y voient une référence aux mains de Dieu et d’Adam peintes sur le plafond de la chapelle Sixtine par Michel-Ange. Comme dans le tableau de Matisse, Adam et Dieu exercent un effort pour se retrouver mais leurs mains ne se touchent pas encore, ou viennent de se séparer. Mystère…d’une joie promise ! Joie donnée est sans fard, sans tricherie, sans réserve... et le bonheur d'être homme et femme  pourrait être aussi un signe de la bonté de notre Dieu... Joie d'être simplement  femme - homme - ensemble dans le bleu du ciel et dans le vert de la terre...      

« Fais nous aimer notre condition d’homme ! », dit une prière du bréviaire !

____________________________

Prière

Tu nous as recréés, Seigneur,
pour la vie éternelle dans la résurrection de notre Sauveur ;
dirige nos cœurs vers sa gloire,
afin que ceux que tu as fait renaître par le baptême
soient revêtus de la lumière de sa résurrection.
Ne cesse pas de protéger avec amour, Seigneur, ceux que tu as sauvés :
la passion de ton Fils les a rachetés,
qu’ils mettent leur joie dans sa résurrection.

Par Jésus Christ… — Amen.

 

Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

9 jours de prière à l’Esprit Saint

Neuvaine de préparation à la Pentecôte

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous