Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #50

Mercredi 6 mai - Évangile selon saint Jean (12, 44-50)

En ce temps de confinement prolongé, nous continuons notre dossier : "Vivre sa foi à domicile", dont vous connaissez désormais la formule : une méditation d'Évangile par jour, un dessin pour les enfants avec nos trois personnages, notre rubrique "Art et foi" qui se poursuit pendant ce temps de Pâques et nos propositions musicales, et notre nouvelle rubrique "Les Portes de la Parole". Quelques surprises viendront alimenter ces newsletters quotidiennes de temps en temps, alors ensemble restons connectés.

 


« Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde » (Jean 12, 44-50)

En ce temps-là,
Jésus s’écria :
« Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit,
mais en Celui qui m’a envoyé ;
et celui qui me voit voit Celui qui m’a envoyé.
Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde
pour que celui qui croit en moi
ne demeure pas dans les ténèbres.
Si quelqu’un entend mes paroles et n’y reste pas fidèle,
moi, je ne le juge pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver.
Celui qui me rejette et n’accueille pas mes paroles
aura, pour le juger, la parole que j’ai prononcée :
c’est elle qui le jugera au dernier jour.
Car ce n’est pas de ma propre initiative que j’ai parlé :
le Père lui-même, qui m’a envoyé,
m’a donné son commandement
sur ce que je dois dire et déclarer ;
et je sais que son commandement est vie éternelle.
Donc, ce que je déclare,
je le déclare comme le Père me l’a dit. »
 

 


 

Les portes de la Parole

Chaque jour, le père Olivier Bourion nous aide à la Lectio Divina, la lecture priante et partagée de la Parole de Dieu,
avec une piste pour ouvrir "Les portes de la Parole" et "habiter l'attente".

Découvrir les 7 portes de la Parole

" « Je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver. »

Je médite sur cette bienveillance du Christ pour qui
sauver est plus important que juger. Et moi ? "


 

La méditation du jour :

Ce passage suit, dans l’évangile de saint Jean, la résurrection de Lazare, et l’onction à Béthanie. C’est un recueil de paroles très caractéristiques de Jésus, qui semblent bien avoir été groupées ici pour conclure la première partie de l’évangile, avant d’aborder le deuxième, qui est la Passion et la Résurrection.

Celui qui croit en Moi, ce n’est pas en Moi qu’il croit… Jésus n’attire pas à Lui, Il renvoie à un autre. Mais en Celui qui M’a envoyé. Jésus s’est souvent défini comme « l’envoyé », le missionnaire du Père. Il est l’apôtre du Père, « envoyé » par le Père. Jésus n’est rien par lui-même ; Il est là au nom d’un Autre… c’est cet Autre qu’il veut amener à faire découvrir. Conduire à Dieu. Amener nos amis à faire l’expérience de la relation à Dieu. Mais d’abord, en faire nous-mêmes l’expérience : comment pourrait-on prétendre missionnaire, si on ne vivait pas soi-même d’une profonde relation à Dieu. La « mission » n’est pas d’abord une entreprise, n’est pas d’abord une question de méthodes… c’est un « envoi ».

Celui qui Me voit, voit celui qui M’a envoyé… Sans paroles, le vrai missionnaire « fait voir » Dieu… comme ca, à travers sa propre personne. Qui voit Jésus, voit le Père ! J’ai à être le visage du Christ, comme Jésus était le visage du Père. À travers ma vie, faire voir Dieu. Moi, la Lumière, Je suis venu dans le monde, afin que tout homme qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.

Jésus sait qu’il arrive à la fin de sa vie : c’est une sorte de bilan négatif. Les hommes n’ont pas voulu de la lumière, n’ont pas écouté ses paroles. C’est l’échec, globalement… à part le petit noyau des disciples, un petit nombre. Eh bien, Jésus réaffirme qu’il ne condamne pas ! Il n’est venu que pour sauver. Seulement ce sont les hommes qui se condamnent, quand ils refusent d’écouter. La condamnation n’est pas le fait de Dieu. Le « salut » offert se transforme en « jugement » non pas par la volonté de Dieu, mais par les options négatives des hommes. Tout est maintenant prêt pour la Passion. Jésus n’a pas inventé ce qu’il nous a dit. Il nous donne l’exemple d’un bon missionnaire : Toujours la profonde dépendance et humilité.

 

Père Alain Eouanzoui
Curé modérateur de la paroisse d'Étival-Clairefontaine

 

"KT à domicile" - Le dessin du jour : 


Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"

 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 66 (67)

R/ Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu'ils te rendent grâce tous ensemble !

ou : Alléluia ! 

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

 

Musique du jour :

"Salve Regina" (Francis Poulenc) - Claus Bantzer, Harvestehude Chamber Choir

 


"Art et foi" - Discours du « pains de vie »

Le père Pierre-Jean Duménil, responsable du service Art Sacré et curé doyen d'Epinal, vous propose un itinéraire pour découvrir Jésus.

_______________________


L'OEUVRE DU JOUR :

« Paysage jaune »
Alfred Manessier (1948-1950) - Vitrail du chœur de l’église St Michel – Les Bréseux (Doubs)

 

LA CITATION D'ÉVANGILE :

" Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Si quelqu'un entend mes paroles et n'y reste pas fidèle, moi, je ne le juge pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver."

Jean 12, 46-47
 

LE COMMENTAIRE DU PÈRE PIERRE-JEAN DUMÉNIL :

Elle est jolie cette petite église Saint-Michel. Menue, bien proportionnée, avec son toit de lauzes grises et son charmant clocher comtois. Très présente dans le paysage, elle se tient modestement à l'écart du village, dialoguant avec les prés. Mais la lumière dit toute l'ambition du curé qui fit venir Alfred Manessier, pour « son » église. Les  vitraux du peintre lui donnent un élan, une force ascensionnelle insoupçonnable. Non figuratifs, ils offrent au regard un immense puzzle de couleurs. Un arc-en-ciel qui aurait volé en éclats. L’arc en ciel, signe de l’alliance ! Dans le chœur, les deux derniers vitraux illuminent l'espace de la célébration. Ils sont louange à la beauté du monde. À gauche, notre vitrail aux dominantes or et vert rappelle la belle forêt de feuillus qui enchanta Manessier lors de ses promenades automnales. 

« Là, c’est vraiment le soleil qui chante, c’est la lumière qui chante, ce sont les nuages qui passent, qui vont faire… qui vont faire bouger le vitrail. C’est un objet extrêmement sensible qui va enregistrer toutes les lumières, qui va faire une addition… Il y a une infinité de possibles dans le vitrail. » - Alfred Manessier

____________________________

Méditation - Psaume 66, 2-3  

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

 

Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous