Vous êtes ici

Vivre sa foi à domicile #17

Vendredi 3 avril - Jean 10, 31-42

Dans notre quotidienne : "Vivre sa foi à domicile", nous vous proposons de goûter la parole de Dieu autrement et de vous laisser guider par la méditation de nos prêtres et diacres diocésains, qui se relayeront chaque jour pour vous la confier. Ensemble soyons connectés. 
 

NOUVEAUTÉ



Message de Mgr Didier Berthet pour la semaine Sainte
Le Christ nous unit dans sa Pâque

"Chers frères et soeurs,
Le Carême que nous venons de vivre nous a entraînés dans un désert imprévu et bien austère. L’isolement et la dispersion imposés par la crise sanitaire ont bouleversé notre existence de chaque jour et la vie communautaire et sacramentelle de notre Église. Mais la grâce du Saint-Esprit a continué de se déployer pour nous en empruntant des chemins renouvelés. Dans bien des endroits et en bien des visages, dans la société comme en Église, des trésors de sollicitude et de mobilisation créative se sont fait jour. D’une manière nouvelle et inattendue, nous sommes restés présents les uns aux autres ; par un bien étrange paradoxe, notre communion fraternelle a pu même s’approfondir à de nombreuses occasions. [...]"

Lire ou voir en vidéo le message de Mgr Berthet


Vivre la semaine Sainte à domicile

Dimanche 5 avril s'ouvrira avec la fête des Rameaux la Semaine Sainte dans un contexte inédit pour notre Église, qui nous obligera à vivre ces célébrations à domicile. Ainsi, nous vous proposons ce dossier en ligne pour vous accompagner dans cette montée vers Pâques : fête des Rameaux, messe de la Cène du Seigneur, office de la Passion du Seigneur, Vigile pascale et messe de Pâques.

Vous trouverez dans ce dossier : 
Un itinéraire pour vivre un temps pénitentiel personnel / un itinéraire pour célébrer la semaine Sainte à domicile / des propositions adaptées pour les enfants / les célébrations en direct avec Mgr Berthet. 

Consulter le dossier : "Vivre la semaine Sainte à domicile"



MÉDITATION DE L'ÉVANGILE DU JOUR

 

« « Vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père.» Ils cherchaient de nouveau à l'arrêter, mais il échappa à leurs mains. » (Jean 10, 31-42) 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
de nouveau, des Juifs prirent des pierres
pour lapider Jésus.
          Celui-ci reprit la parole :
« J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes
qui viennent du Père.
Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? »
          Ils lui répondirent :
« Ce n’est pas pour une œuvre bonne
que nous voulons te lapider,
mais c’est pour un blasphème :
tu n’es qu’un homme, et tu te fais Dieu. »
          Jésus leur répliqua :
« N’est-il pas écrit dans votre Loi :
J’ai dit : Vous êtes des dieux ?
                   Elle les appelle donc des dieux,
ceux à qui la parole de Dieu s’adressait,
et l’Écriture ne peut pas être abolie.
                  Or, celui que le Père a consacré
et envoyé dans le monde,
vous lui dites : “Tu blasphèmes”,
parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”.
                   Si je ne fais pas les œuvres de mon Père,
continuez à ne pas me croire.
                   Mais si je les fais,
même si vous ne me croyez pas,
croyez les œuvres.
Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus,
que le Père est en moi, et moi dans le Père. »
          Eux cherchaient de nouveau à l’arrêter,
mais il échappa à leurs mains.

          Il repartit de l’autre côté du Jourdain,
à l’endroit où, au début, Jean baptisait ;
et il y demeura.
          Beaucoup vinrent à lui en déclarant :
« Jean n’a pas accompli de signe ;
mais tout ce que Jean a dit de celui-ci
était vrai. »
          Et là, beaucoup crurent en lui.

La méditation du jour :

CONDAMNER À MORT JÉSUS-DIEU ?

Voulons-nous aussi mettre à mort la nature divine de Jésus ? Voulons-nous empêcher le Fils de l’homme de restaurer (de ressusciter ?) en nous la plénitude de ce qu’Il est : Christ et (fils de) Dieu. Les juifs massés à Jérusalem pour Hanoukka, la fête de l’inauguration du Temple, donnent l’impression de n’avoir rien contre l’éventualité du titre « Christ » appliqué à Jésus (« dis-le nous ouvertement » (v. 24). Christ est ici à comprendre au sens de : celui qui vient de la part de Dieu. En revanche, les juifs ne peuvent continuer à l’entendre se faire Dieu. Jésus n’a jamais dit : « Je suis Fils de Dieu » (v. 36). Mais il n’a cessé cette semaine de les mettre sur la piste et de NOUS ouvrir AUJOURD’HUI à cette identité qui dépérit d’une Pâque à l’autre chez nombre de baptisés.


D’une Pâque à l’autre (d’un dimanche à l’autre ?), nous tombons sous la coupe des locuteurs du prophète Jérémie (première lecture du jour) : « Peut-être se laissera-t-il séduire » par  les fausses sécurités du monde (pape François) ? Et ces locuteurs, partisans d’un Jésus philosophe, et juste cela, il s’en trouve même dans l’Eglise, alors que « le Père est en moi et moi dans le Père » (v. 38). Ne cherchons pas à saisir Jésus de Nazareth, à le réduire pour l’éternité à ce que nous pensons qu’Il est ; à le résumer à ce que l’Eglise, dans son histoire mouvementée, a pu en dire, parfois de partiel, car « Il leur échappa des mains » (v. 39).


Que le Seigneur, dans le temps quasi-sacramentel de la Semaine sainte, nous dispose à croire, pas d’abord en Lui, mais « en ces œuvres » (= les signes) que Dieu lui donne d’accomplir. Il est vain d’attendre tout de suite des autres et de nous-mêmes une grande déclaration sur le Christ Seigneur. C’est « petit à petit » (v. 38), dans la progressivité des lectures et des temps, que nous parviendrons dans l’Esprit Saint, à la grande confession que le Nazôréen est sorti et vient de Dieu, pour nous les hommes.

Père Damien BESSOT

"KT à domicile" - Le dessin du jour : 


Retrouvez toutes les illustrations/méditations quotidiennes sur notre dossier : "KT à domicile"
 

 

Prolonger la découverte avec le psaume du jour :

Psaume 17 (18) 

R/ Dans mon angoisse, j'appelai le Seigneur ;
il entend ma voix. 

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Les liens de la mort m’entouraient,
le torrent fatal m’emportait ;
des liens infernaux m’étreignaient :
j’étais pris aux pièges de la mort.

Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
de son temple il entend ma voix :
mon cri parvient à ses oreilles.

Prolonger la découverte en musique : 

 

Inscrivez vous à la newsletter en remplissant les informations ci-dessous : 

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

Le Christ nous unit dans sa Pâque

Message de Mgr Berthet pour la Semaine Sainte

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous