Vous êtes ici

Un face-à-face jésuite attendu

Emmanuel Macron et le pape François

Baptisé à 12 ans à son entrée au collège jésuite d'Amiens, le président de la République française Emmanuel Macron rend visite au pape François ce mardi 26 juin. Avant de s'entretenir avec le souverain pontife en audience privée et avec le secrétaire d'Etat Mgr Pietro Parolin, le chef d'Etat français partagera un petit-déjeuner avec la communauté catholique Sant'Egidio. Cette communauté se met au service des plus pauvres et aide notamment les exilés syriens en Europe. Accompagné de deux ministres (Gérard Collomb et Jean-Yves Le Drian) et de parlementaires, Emmanuel Macron sera également accompagné d'associatifs et de personnalités du monde de la culture et des médias. Ainsi Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique - Caritas France, fera partie de la délégation présidentielle. Cette dernière avait vivement critiqué la politique migratoire de l'exécutif, qu'elle juge trop restrictive. Plusieurs enjeux seront au cœur des discussions : crise migratoire, chrétiens d'Orient, changement climatique, bioéthique, éducation scolaire....

Cette rencontre clairement politique prendra une couleur plus solennelle et honorifique dans l'après-midi, en dehors de toute acception spirituelle. En effet, à l'instar de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron recevra le titre de « premier et unique chanoine honoraire de l'archibasilique majeure de Saint-Jean-de-Latran ». Cette tradition remonte à 1604 : le chapitre du Latran a attribué un titre canonial au roi Henri IV en guise de remerciement de son don de l’abbaye de Clairac (Lot-et-Garonne) et de ses revenus fait au Latran, cathédrale du pape.

Nul doute que cette visite au pape François et cette prise de possession de titre fera l'objet de nouvelles critiques, comme celles à la suite du discours du 9 avril 2018 au Collège des Bernardins. Souhaitant notamment que les chrétiens s'engagent politiquement pour faire entendre leur voix, Emmanuel Macron avait précisé qu'il souhaitait faire place au dialogue afin de « réparer le lien entre l'Eglise et le pouvoir français ». Toutefois, l'Elysée a bien précisé que la prise de possession du titre au Latran n'a « aucune dimension spirituelle. On peut choisir de la recevoir ou pas, ici le choix a été fait d'aller jusqu'au bout. Il n'y a pas d'enjeu de laïcité ».


Entretien avec Philippe Zeller, ambassadeur de France près le Saint-Siège

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vosges télévision

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous