Vous êtes ici

"Cet enfant qui me manque"

Du vendredi 13 au dimanche 15 octobre 2017

« Chaque fois, lorsque je parle avec un jeune trentenaire, la même douleur me traverse. Je pense à cet enfant que je n’ai pas voulu… Tout paraissait pourtant simple à l’époque : ce n’était pas le moment, j’avais déjà deux enfants, je n’avais pas le temps et je me suis très vite décidée. Si j’avais su… Si j’avais su combien cette décision prise à la hâte allait être difficile à vivre ! » confie Nicole à voix basse.

La perte d’un enfant in-utéro est un traumatisme. Pour la première fois dans le diocèse, la fraternité « Mère de Miséricorde » animera un WE « Vigne de Rachel » au sein de la communauté des Béatitudes à Autrey du vendredi 13 octobre 17 h au dimanche 15 à 16 h. (cliquer sur l'affiche pour l'agrandir)

Actuellement en France, il y a 200 000 avortements chaque année, soit 1 grossesse sur 5 qui n’aboutit pas. D’après les dernières statistiques, on peut aussi affirmer qu’1 femme sur 3 aura connu un avortement au cours de sa vie avec souvent les mêmes causes : peur que le conjoint s’en aille, peur de perdre son travail, de devoir arrêter ses études, d’être rejetée par son milieu familial…

L’avortement est rarement un choix. A ces chiffres s’ajoutent les fausses couches, souvent tout aussi traumatisantes et difficiles à vivre au quotidien. Nombreuses sont donc les femmes qui ont vécu cette épreuve sans jamais oser exprimer leur souffrance ou leur culpabilité à quiconque de peur d’être jugées. Nombreuses sont celles qui restent blessées et qui souffrent d’angoisses, de dépression, etc.

Trouver une Parole qui libère.

Il est absolument nécessaire de pouvoir en parler et de ne pas rester seule face à sa souffrance. C’est ce que propose le mouvement d’Eglise « Mère de Miséricorde », au travers de session de 5 jours appelées « stabat » et de WE de 2,5 jours appelés « vigne de Rachel » pour permettre aux personnes de pouvoir déposer leur souffrance. Le climat sécurisé dénué de tout jugement, les échanges en groupe de parole, les méditations et exercices basés sur la Parole de Dieu, permettent d’exprimer ses émotions, d’expérimenter la tendresse et la consolation du cœur de Dieu et de vivre une profonde réconciliation avec son parcours de vie dans tout son être (corps, âme , esprit)et sa vie relationnelle.

Etre relais auprès des personnes concernées.

Dans votre entourage, vous connaissez certainement des personnes qui ont vécu cette expérience douloureuse. Au travers de sa Parole, le Seigneur nous appelle aussi à être attentif à ce genre de souffrance. Si nous ne sommes pas relais, comment ces femmes seront informées et combien passeront à côté d’une main tendue pour se relever ?

Sur notre diocèse, cette fraternité compte une dizaine de membres qui intercèdent par la prière et le jeûne, écoutent, accompagnent et témoignent.

N’hésitez pas à nous réclamer des tracts à distribuer :

Bernard et Claudine VALDENAIRE, 12 rue du Général De Gaulle 88160 LE MENIL
Tel : 06 77 97 24 08 
Mail : valdenairebernard8 [at] gmail.com

 

Nos Paroisses

Espace jeunes

Pastorale des jeunes

Espace jeune pastorale Vosges

> Voir le blog

Rencontres

avec Vosges télévision

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

Revue Diocésaine Église dans les Vosges

> Abonnez-vous