Vous êtes ici

Une année avec Alix Le Clerc

1622-2022 : Alix, hier et aujourd'hui

Le 9 janvier 2022, notre diocèse de Saint-Dié commémore les 400 ans de la mort et les 75 ans de la béatification de bienheureuse Alix Le Clerc.
La religieuse lorraine, encouragée par saint Pierre Fourier, a fondé la congrégation Notre-Dame et s'est consacrée à l’éducation des jeunes filles dont personne ne s’occupe. Décédée en 1622, elle est béatifiée en 1947 par Pie XII.


Alix, hier et aujourd'hui

1576-1622 , c'était hier... La naissance d'Alix Le Clerc à Remiremont le 2 février 1576 , jour de grâces où elle fut baptisée en la fête de la présentation de Notre Seigneur Jésus au Temple, 4ème mystère joyeux du rosaire, à l'époque du duc Charles III de Lorraine.
Alix grandit dans ce duché de Lorraine sous la garde de ses parents en particulier son père Jean , grand échevin de la ville des chanoinesses
. Sa mère Anne Sagay contribua à l'éducation de sa fille qui était appelée à devenir fondatrice des premières écoles de filles avec saint Pierre Fourier. C'est dire toute l'importance de la famille comme première école de vie, cette famille qui est le berceau de toute civilisation. Aussi , est-ce l'état de santé du père d'Alix qui contribua à son exil vers Hymont où elle rencontra à Mattaincourt le « Bon Père Fourier ». Ensemble , ils grandirent sur la voie de la sainteté par leur attention aux petits et aux pauvres... Et le dimanche 9 janvier 1622, Alix s'endormait dans la paix du Seigneur en la ville de Nancy, âgée de 46 (2 x 23 ans).

1622-2022 : c'est aujourd'hui... Nous arrivons au numéro 23 de Semeurs d'Avenir et nous commençons une Année Alix Le Clerc le dimanche 9 janvier 2022, quatre cents ans après, pour atteindre un sommet d'action de grâces le dimanche 3 juillet 2022 au coeur du pèlerinage d'été à Saint-Pierre-Fourier. Nous célébrerons alors les 75 ans de la béatification d'Alix Le Clerc et les 125 ans de la canonisation de Pierre Fourier car nous sommes tous appelés à la sainteté depuis notre baptême.

Abbé François - Marie Boucher
23è SUCCESSEUR DE SAINT PIERRE FOURIER

Édito « Semeurs d'Avenir » – Janvier/Février 2022
(Revue bimestrielle de la communauté de paroisses de Mirecourt)

 

Un regard d'espérance pour aujourd'hui
 


Entretien avec sœur Marie-Paule Dubart, de la congrégation Notre-Dame

Vous connaissez très bien bienheureuse Alix Le Clerc, pourquoi ce témoin vous inspire autant ?
Alix m’a inspirée parce que je voulais être éducatrice spécialisée et j’ai trouvé l’éducation au cœur de la congrégation Notre-Dame. Cette éducation a été portée par Alix dès l’âge de 19 ans lorsqu’elle voulait ouvrir une maison pour faire tout le bien possible avec Pierre Fourier. « Il me tombait toujours en l’esprit qu’il faudrait faire une nouvelle maison de filles pour y pratiquer tout le bien que l’on pourrait. »

Qui était Alix Le Clerc ?
Alix est née dans une famille aisée, à Remiremont le 2 février 1576, ville des Vosges dans le duché de Lorraine, alors indépendant de la France. Elle est baptisée le jour même, son père étant le bourgmestre de Remiremont. Alix reçoit une éducation avec les chanoinesses de Remiremont. Elle y vit d’abord insouciante, aime beaucoup danser : « J’avais tant de compagnie de vanité et de jeunesse... J’aimais fort à danser.»
Lorsque son père tombe malade, elle quitte sa ville natale avec ses parents pour le petit village de Hymont, proche de Mattaincourt. Souffrante à son tour, un de ses amis lui dépose un livre de spiritualité sur son lit pour trait d’humour. Alix le lit et a envie de changer de vie radicalement. Heureux hasard... un jeune nouveau curé vient d’arriver à Mattaincourt : Pierre Fourier.

Comment lui vient sa vocation ?
Alix avait une grande dévotion à NotreDame qui lui serait apparue plusieurs fois en lui présentant l’enfant Jésus en lui demandant de le faire grandir. Lorsqu’elle confie son projet d’ouvrir des écoles pour les petites filles pauvres qui n’avaient pas d’éducation à Pierre Fourier, ce dernier lui demande de trouver des compagnes afin de vivre une vie religieuse au service de l’éducation pour les jeunes filles. Elle en trouve quatre et les entraîne avec elle. Elles désirent donner leur vie à Dieu : elles vont s’essayer à vivre ensemble, prier et faire l’école aux petites filles dont, en ce temps, personne ne s’occupe.

La congrégation Notre-Dame nait à Noël 1597 de la volonté de rénovation pastorale et sociale de Pierre Fourier, et de l’intuition créatrice d’Alix Le Clerc. Quel est l’esprit de ce projet ?
C’est un projet très novateur, ils voulaient que les filles puissent apprendre à lire et à compter dans une période avec beaucoup de décès, afin qu’elles puissent apprendre un métier et gagner leur vie dignement. Durant vingt-cinq ans, avec Pierre Fourier, Alix connaît les difficultés des premières fondations, lutte pour maintenir l’esprit du projet d’origine, participe à l’élaboration des constitutions de la congrégation, vivant elle-même une intense expérience spirituelle, visitant les malades...
Avec Vatican II, les sœurs ont revisité le charisme éducatif de leurs fondateurs et offrent de partager ce trésor aux nombreux laïcs rencontrés : enfants, jeunes, animateurs, enseignants, parents... Comment cela s’est manifesté dans les Vosges par exemple ?
En 1617, Rome donne son approbation pour la maison de Nancy et exige la clôture. Les sœurs connaîtront donc une période de cloître jusque dans les années 1970. Avec le concile Vatican II, certaines communautés ont souhaité garder un cadre plus monastique qui a eu du mal à faire le changement. Mais très vite, à Épinal notamment, de petites communautés sont allées à Saut- le-Cerf, Haut-du-Gras... On a respecté cette période de transition pour que les sœurs puissent trouver leur propre mode pour reprendre une vie dans le monde après une période de clôture.

Combien y a-t-il d’écoles Notre-Dame dans le monde ?
La congrégation est présente dans quarante-trois pays dans le monde: en Europe, au Brésil, au Vietnam, en RD Congo, au Mexique... Aujourd’hui en France, ce sont dix-sept établissements scolaires qui enseignent à vingt-cinq mille élèves. Plus aucune sœur n’enseigne, ce sont des directeurs laïcs qui sont en fonction et qui ont reçu une formation pour garder l’esprit des fondateurs.
Alix Le clerc a été déclarée bienheureuse le 4 mai 1947 par Pie XII.
C’était une grande joie. Alix, après sa mort, on la pensait déjà sainte. Il y avait eu une enquête pour recueillir des témoignages, qui s’est arrêtée avec le décès de l’évêque en charge. À la Révolution, on a caché son corps sous l’autel de la chapelle et le culte à Alix a disparu. En 1950, des étudiants voulant faire un orchestre dans une cave qui était trop basse, creusent et découvrent le cercueil d’Alix Le Clerc. La réouverture du procès de canonisation est alors demandée.

400ans de sa mort le 9janvier 2022, qu’est-ce que cela vous évoque ?
On en parle entre nous: une femme dont on n’a rien dit si ce n’est que c’était une femme de persévérance, d’humilité, de courage. Alix a une place importante dans nos vies. J’irais à Mirecourt avec des amies sœurs pour rejoindre la messe célébrée par Mgr Berthet.

En quoi la vie d’Alix Le Clerc nous laisse une passion et un défi pour aujourd’hui ?
Dans toute la croissance de la personne, la faire grandir, la faire réfléchir sur ce qu’elle vit, sur ce qu’elle peut devenir. L’éducation n’est plus seulement l’enseignement, il y a d’autres facettes de l’éducation dans lesquelles les intuitions du départ restent les mêmes. Pierre Fourier disait : « Ne pas considérer la personne comme elle devrait être mais comme elle est. » Faire grandir la personne comme elle est. Faire éclore la vocation de chacun. Qu’elle puisse s’épanouir dans tout ce qu’elle est : vie religieuse ou humaine. Les idées exprimées par Pierre et Alix sont toujours vraies aujourd’hui.

En quoi est-elle un témoin d’espérance pour aujourd’hui ?
Cette espérance de croire que la personne peut toujours changer, que nous-mêmes pouvons toujours changer. L’esprit éducatif attire toujours. Alix était très proche de ses sœurs. Elle leur recommandait de vivre la vie fraternelle, de chercher à être unies. Dans cette période des assises sur le renouveau des communautés, c’est une figure qui doit nous inspirer. La démarche synodale était vécue dans la congrégation en lien avec Pierre Fourier et tous les monastères.

Propos recueillis par Baptiste Vinciarelli 
Église dans les Vosges – Janvier 2022

Pour aller plus loin : Écrits spirituels, d'Alix le Clerc, Éditions du Cerf.
 

 

2022 : L'année Alix Le Clerc

Mgr Berthet, accompagné par les abbés Olivier Bourion, François-Marie Boucher et Robert Marchal, a ouvert l'année Alix Le Clerc en l'église Notre-Dame de Mirecourt le dimanche 9 janvier. Découvrez les photos de la célébration :  

Ouverture de l'année Alix Le Clerc

 

Les évènements dans le diocèse : 

  • Conférence sur Alix Le Clerc avec le père Pierre-Jean Duménil à Mattaincourt 
    Initialement prévue le 22 janvier, elle est reportée à une date ultérieure non définie.  
     
  • Pèlerinage diocésain à Mattaincourt – 2 et 3 juillet 2022
    Plus d'informations ultérieurement
     
  • Spectacle « Alix d'hier à aujourd'hui » à Mirecourt – Salle des fêtes de Ravenel
    • Samedi 2 juillet 2022 à 20h30
    • Dimanche 3 juillet 2022 à 15h00

      Présenté par les paroisses de Mirecourt et Dompaire, avec « Les Baladins de l'Évangile » et « Les Petits Chanteurs de Mère Alix »

      Informations et contact : Paroisse Saint-Pierre-Fourier
      Pour soutenir le spectacle en faisant un don, flashez le code de l'affiche ou cliquez ici : Faire un don

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vosges TV

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous