Vous êtes ici

Béatification de Mère Alphonse Marie

Le 9 septembre à Strasbourg

Mère Alphonse Marie, née Elisabeth Eppinger sera bientôt Bienheureuse. La cérémonie de béatification aura lieu le dimanche 9 septembre à 14h30 en la cathédrale de Strasbourg, sous la présidence du Cardinal Angelo Becciu, président de la Congrégation pour la cause des saints. Elle sera retransmise en direct par KTO TV

La congrégation des soeurs du Très-Saint-Sauveur de Saint-Dié vous invitent à participer à leur joie de célebrer la béatification de leur mère fondatrice. En effet, la congrégation des soeurs du Très-Saint-Sauveur a été exaucée par le pape François qui a reconnu un miracle pour Mère Alphonse Marie Eppinger (1814-1867).

Pour lire la promulgation du décret cliquez ici : Promulgation du décret

Qui est Mère Alphonse Marie, née Elisabeth Eppinger ? 

Elisabeth Eppinger est née le 9 septembre 1814 en France, au Nord de l’Alsace à Niederbronn Les Bains. Elle est le premier enfant d’une famille de paysans dont dix autres enfants suivront. La fillette grandit dans des conditions de vie simples au sein de sa famille, sa paroisse, sa commune.

Durant ses jeunes années, elle est atteinte de diverses maladies. Au cours de ses années de maladie, Elisabeth fait de profondes expériences spirituelles. Aux environs de l’année 1846 ces expériences sont rendues publiques dans les alentours. Jean David Reichard, depuis 1823, curé catholique de Niederbronn, est le témoin direct de tous ces évènements. Mgr André Raess, évêque de Strasbourg de 1842 jusqu’à 1887, s’intéresse à tout ce qui concerne Elisabeth. En juillet 1848, il vient en personne à Niederbronn et est persuadé que la jeune fille est désignée pour quelque chose de spécial. Attirée par la contemplation de Jésus, sa vie et sa passion, elle découvre à quel point Dieu aime tout le monde.

Elle sait, de par sa propre expérience, que la souffrance peut être un obstacle à la rencontre de cet amour. Elle se sent poussée à se consacrer à Dieu, à aider les personnes dans leurs détresses physiques et morales. Au cours de l’année 1848, il lui est donné de comprendre qu’elle doit fonder un institut religieux, avec l’aide du curé de son village d’origine. Avec une foi profonde, le curé Reichard se mobilise pour ce projet qui est aussi approuvé par l’évêque.

Faire connaître l’Amour de Dieu signifie dans un contexte de bouleversements sociaux et politiques du XIXème siècle : s’engager totalement pour répondre aux aspirations profondes des personnes d’être reconnues, de vivre dans la dignité, la paix et le bonheur. Beaucoup de fondateurs d’instituts religieux, de cette époque, poursuivent cet objectif. Cela est aussi le cas pour la première communauté d’Elisabeth Eppinger qui a débuté le 28 août 1849 avec plusieurs jeunes femmes à Niederbronn.

Déjà les premières activités des sœurs montrent l’orientation missionnaire du nouvel institut. Elles s’occupent des pauvres, des malades à leur domicile, d’enfants abandonnés, des nécessiteux de toutes sortes, pour le salut de toute la personne quels que soient son statut, son origine et sa religion. Elisabeth Eppinger, désormais appelée Mère Alphonse Marie, devient la première Supérieure Générale. L’Institut religieux s’ouvre à une diversité grandissante des situations, des cultures et des besoins.

La Congrégation des « Filles (plus tard Sœurs) du Très Saint Sauveur » est reconnue en 1866 par l’Église.

En juillet 1867 Mère Alphonse Marie meurt.

Son témoignage reste : fruit de la grâce dans un cœur disponible à l’Amour de Dieu.

La béatification un long processus 

Une béatification est un long chemin. Il s’agit d’une décision pontificale qui élève une personne défunte, dont la vie a été exemplaire, au rang des bienheureux. La béatification peut précéder une canonisation, qui élève, elle, au rang de saint.

Dans le cas de mère Alphonse-Marie, il faudrait que sa congrégation en fasse la demande, et qu’un nouveau miracle soit attesté.

Pour Élisabeth Eppinger, le début du processus remonte à janvier 1951. Une première enquête diocésaine avait été interrompue et un nouveau dossier ouvert en 2002. Le procès diocésain a commencé en juin 2006, sous Mgr  Joseph Doré, alors archevêque de Strasbourg, et s’est conclu en juin 2007, avec son successeur Mgr  Jean-Pierre Grallet.

Les 3 800 pages du dossier sont parties à Rome pour examen par la congrégation pour la Cause des Saints, qui a mené à son tour l’enquête – on parle de « procès ».

Le décret sur « l’héroïcité des vertus » a été promulgué le 19 décembre 2011 par le pape Benoît XVI. Il a fait d’Élisabeth Eppinger une vénérable, étape préalable à la béatification.

Une diffusion en direct

Pour ceux qui auront la chance de se rendre à la cathédrale, l'ouverture des portes se fera dès 13h pour un début de célébration à 14h30.

Pour les autres, la messe de béatification sera retransmise en direct sur la chaine KTO à partir de 14h20. 

 

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vosges télévision

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous