Vous êtes ici

PORTES OUVERTES

Message de Pentecôte de Mgr Berthet

PORTES OUVERTES

Message de Pentecôte de Mgr Berthet, évêque de Saint-Dié

 " Chers Frères et Sœurs,

Dans le vent de la Pentecôte

Cette fête de la Pentecôte vient donner tout son sens à ce dimanche où nos communautés sont enfin libres de se rassembler pour l’Eucharistie. L’Esprit-saint, qui s’est répandu avec profusion sur les Apôtres, est aujourd’hui encore celui qui vivifie l’Église et la rend toujours jeune et apostolique. C’est lui qui a ouvert les portes du Cénacle où les Apôtres demeuraient encore reclus dans la peur et l’indécision ; c’est en lui aussi que nous retrouvons la grâce du culte public, non pour nous y enfermer dans un confinement communautaire, mais pour y puiser la force d’être plus que jamais une Église en mission, un peuple en sortie.

Dans le grand vent de la Pentecôte, les Apôtres ont donc reçu une double grâce.

Inspirés par l’Esprit, ils ont d’abord relu et intériorisé le sens de la Pâque du Christ, après l’avoir rencontré ressuscité. En replaçant ces évènements et ces paroles dans toute l’histoire du salut, ils y ont vu l’accomplissement en Jésus-Christ des promesses du Dieu de l’Alliance. Cette foi apostolique est proclamée à bien des reprises dans les Actes des Apôtres ; transmise fidèlement au long des siècles, elle est celle qui nous rassemble aujourd’hui.

Mais l’Esprit a aussi pour eux ouvert les portes en grand. Unissant les Apôtres dans une même foi, il leur a donné de parler bien des langues, afin de les envoyer à tous, proches ou lointains. Tout en restant unis dans un même ministère, ils sont sortis du cénacle pour communiquer au monde la grande et indéfectible espérance qui les habitait désormais.

Nous pouvons donc demander à l’Esprit-Saint, en cet aujourd’hui si particulier, de nous aider à relire notre histoire toute récente, et à trouver des forces neuves pour ouvrir en plus grand les portes de la mission.

Relire et discerner

Pour relire ce qui nous est arrivé, nous devrions ouvrir et écrire trois livres différents.

Le livre de nos épreuves. Le séisme que nous avons vécu, et dont les répliques seront durables, a mis toute notre société en état de choc. Deuils difficilement vécus, inquiétudes personnelles et angoisse sociale, privations de certaines libertés élémentaires, cessation d’activité et de lien social, impossibilité de se rassembler : nous ne pouvons pas effacer ces traumatismes de notre mémoire et de notre vie. Dans la longue convalescence qui s’ouvre devant nous, nous devons relire dans l’Esprit-Saint ce que nous avons éprouvé, ce qui nous a meurtris et bousculés. Dans la vérité, nous pourrons faire mémoire de nos épreuves, souffrances ou frustrations, mais aussi, peut-être, de nos défaillances ou de nos complaisances. Cet acte de mémoire doit nous maintenir en veille, car de nombreuses blessures vont demeurer, qui nous invitent au réalisme et à une vigilante attention à nous-mêmes comme à ceux qui nous entourent.

Il nous faudra aussi ouvrir un livre des merveilles. Nous pourrons rendre grâce, en effet, pour tous les signes de fidélité, de générosité et de créativité que l’Esprit-Saint a pu susciter parmi nous, dans l’Église comme dans toute la société. Le confinement a permis à certains de redécouvrir la richesse de la Parole de Dieu et la force de la prière personnelle ou familiale ; il a forcé le diocèse et ses communautés à vivre le contact et la mission par des moyens renouvelés ; il nous a fait déployer des trésors d’imagination pour maintenir des liens de fraternité et soutenir ceux qui en avaient le plus besoin. Tous ces signes de résilience humaine et spirituelle, personnelle et communautaire, sont à relever, non pour nous en glorifier mais bâtir l’avenir.

Car il nous faudra ouvrir un livre de l’avenir que nous pourrons écrire ensemble.  Toute crise appelle un discernement pour reprendre le chemin ; toute relecture doit aider à s’orienter pour demain. Notre foi, notre espérance et notre charité ont traversé une épreuve inédite : elles doivent maintenant en sortir raffermies. Ce que nous aurons identifié de faiblesses et de démissions devra être converti. Ce qui fut beau et nouveau sera aussi approfondi pour que nous sortions de cette crise plus fidèles à notre vocation humaine et chrétienne.

Sortir et annoncer

Ainsi, ce travail de relecture et d’approfondissement dans l’Esprit n’aura de sens que si les cénacles de nos Églises s’ouvrent plus largement encore pour la mission apostolique. La crise sanitaire a révélé dans notre société un immense besoin de sens et d’espérance. Les grandes questions de la vie et de la mort se sont brutalement proposées à tous, et la seule réponse médicale, politique, ou sociale, si urgente fût-elle, ne peut y faire face fondamentalement. Plus que jamais notre communauté humaine est en quête de sens ; elle a besoin d’un supplément d’âme et d’espérance que l’Évangile du Christ peut lui apporter.

Nous voici donc comme les Apôtres, Frères et Sœurs, dans la joie d’être à nouveau rassemblés autour du Christ ressuscité, mais recevant aussi la responsabilité de porter l’Évangile au monde. Que l’Esprit de Pentecôte achève notre déconfinement. Qu’il nous empêche de nous réfugier dans la routine ou le repliement. Qu’il renouvelle notre audace et notre créativité pour partager au plus grand nombre la Bonne Nouvelle dont notre monde blessé et désorienté a tant besoin."

 

+ Didier BERTHET
Evêque de SAINT-DIÉ

Articles relatifs

Vivre sa foi à domicile

#ConnectésEnsemble

"Les portes de la Parole" pour "Habiter l'attente"

Message de Mgr Berthet et guide du père Bourion

Vivre sa foi à domicile #75

Dimanche de la Pentecôte – « Recevez l'Esprit Saint »

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous