Vous êtes ici

Le carême, chemin vers Pâques

Du 26 février au 9 avril 2020

Le Carême est un temps de préparation de quarante jours à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ.

Ces quarante jours  nous permettent de revivre avec le Christ au désert les quarante années de la marche des Hébreux vers la terre promise.

C’est la même expérience d’intimité avec Dieu que souhaite revivre toute la communauté des croyants, baptisés ou candidats au baptême, alors qu’elle se met en route vers Pâques.

Le Carême commence le Mercredi des Cendres, mercredi 26 février 2020, et s’achève le Jeudi Saint, le 9 avril 2020, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine Sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux 5 avril 2020, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi Saint au soir et le dimanche de Pâques, le 12 avril 2020, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

Qu'est-ce que le Carême ?

Le Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.


Message de Mgr Berthet – « Rêver avec François »

Dans le sillage du récent synode des évêques sur l’Amazonie, l’exhortation tant attendue du Pape François vient d’être publiée dans toute sa force et son originalité. Rarement, sans doute, un synode régional n’avait été l’objet d’attention et d’attentes aussi soutenues de la part de l’Église des cinq continents. « Querida Amazonia » (« Amazonie bien-aimée ») est véritablement un cri et un chant d’amour envers cette immense région unique au monde et envers les peuples qui l’habitent. Cri d’alerte et d’indignation devant les menaces sociales, culturelles et écologiques qu’une société globalisée et prédatrice fait peser sur ce quasi-continent ; chant d’amour et de contemplation devant la beauté splendide d’un milieu naturel et la sagesse multiforme des peuples qui y vivent.
De manière absolument inédite, le message du pape prend ici, littéralement, la forme d’un quadruple « rêve ».

Un rêve social, d’abord, qui encourage la lutte contre les exclusions, les exploitations et les corruptions de toutes sortes qui font tant souffrir les peuples amazoniens.

Un rêve culturel, ensuite, qui rappelle que « la propre identité culturelle s’approfondit et s’enrichit dans le dialogue avec les différences, et le moyen authentique de la conserver n’est pas un isolement qui appauvrit ».

Le rêve écologique du pape François appelle à la « prophétie de la contemplation » et son texte fait plusieurs fois résonner la voix des poètes qui chantent la splendeur de la nature amazonienne. Il rappelle aussi que tout est lié, et que la protection des personnes et celles des écosystèmes sont inséparables.

Enfin, le rêve ecclésial de l’Exhortation rappelle que la lutte pour la promotion est étroitement liée à une annonce renouvelée du cœur de la foi, car c’est dans le Christ que l’homme trouve pleinement la réalisation de sa dignité. Pour le renouveau de la vie ecclésiale en Amazonie, le pape n’a pas retenu l’appel d’hommes mariés à être prêtres. Il appelle surtout à une nouvelle vitalité communautaire, toujours en lien avec le ministère ordonné, où se déploient pleinement la responsabilité des laïcs, le charisme des diacres et des religieux, et où soient mieux reconnues « la force et le don des femmes ».

Nous vivons bien loin de l’Amazonie, mais les rêves que le Pape François a formés pour elle ne pourraient-ils pas aussi inspirer une annonce renouvelée de l’Évangile dans notre propre contexte ? Ne pourrions-nous pas prendre un peu à notre compte cette lettre d’amour et de confiance que François a adressé à nos frères amazoniens, avec sa part de rêves ?

+ Didier Berthet
Évêque de Saint-Dié


 

Vivre le Carême dans le diocèse avec Saveurs d'Évangile

Forts du succès des livrets Saveurs d’Evangile lors du temps de Carême ces deux dernières années, nous vous proposons de renouveler l’expérience en 2020. Un itinéraire en 5 étapes :

Se rassembler autour de la Parole de Dieu ; écouter la Parole ; recevoir la Parole ; Savourer la Parole ; Prier la Parole. 

Plus d'infos sur les Saveurs d'Évangile

 


Le Carême en questions

Articles relatifs

Carême 2020 - Saveurs d'Évangile

Ensemble goûtons la Parole de Dieu

Mardi Gras

Une fête à célébrer !

Entrée en Carême

Mercredi des Cendres - 26 février 2020

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous