Vous êtes ici

La prière au coeur de l'unité des chrétiens

Semaine de l'unité des chrétiens – Du 18 au 25 janvier 2021

 

Chaque année se vit, à travers le monde, la « Semaine de prière pour l’unité chrétienne ». Cet évènement oecuménique a été institué en 1908 à l'initiative de Paul Wattson, aux États-Unis. Cette semaine de prière se dessine comme une « octave » entre le 18 janvier (ancienne date de la fête de la Chaire de Pierre à Rome) et le 25 janvier (fête de la conversion de saint Paul). Cet évènement s'est peu à peu développé dans l'Église catholique, et notamment en France, sous l'impulsion de l'abbé Paul Couturier. 
 


Le mot de Mgr Didier Berthet

Nous vivrons comme chaque année en janvier la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, qui rejoint la prière même que le Christ adresse à son Père pour l’unité de ses disciples. Nous pouvons donc nous souhaiter les uns aux autres que cette nouvelle année nous rendent vigilants et créatifs pour choisir toujours la rencontre fraternelle et la communion, alors que bien des risques de désagrégation et de repliement se présenteront encore à nous.

Dans cette perspective, écoutons le Pape François nous mettre d’emblée à l’école de la Vierge Marie :
« Comme Marie, la Mère de Jésus, nous voulons être une Église qui sert, qui sort de chez elle, qui sort de ses temples, qui sort de ses sacristies, pour accompagner la vie, soutenir l’espérance, être signe d’unité, pour établir des ponts, abattre des murs, semer la réconciliation » (cf.  Fratelli tutti n° 276).

À défaut de souhaits personnels, n’est-ce pas un beau programme à porter ensemble et qui pourra donner sens à notre année nouvelle ?

+ Didier Berthet
Évêque de Saint-Dié
Extrait d'"Un élan d'espérance" (Message de Noël 2020  / Édito Janvier 2021)


Le thème 2021 : « Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance »

Pour l'année 2021, cette semaine de prière a été préparée par la Communauté monastique de Grandchamp en Suisse. Cette communauté rassemble des sœurs de différentes Églises et de divers pays, sur le chemin de la réconciliation entre chrétiens et dans la famille humaine, du respect de tout le créé. La Communauté de Grandchamp a choisi le thème « Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance », tiré de l'Évangile selon saint Jean 15, 1-17. 

Ce thème exprime sa vocation de prière, de réconciliation et d'unité dans l'Église et la famille humaine. Il nous fait entrer dans notre véritable lieu de vie. Il invite à habiter nos existences et le monde avec Jésus et de son point de vue. À l’image d’une agence immobilière, les Églises ont la mission d’aider chacun à trouver sa façon bien à lui de demeurer avec Jésus. Hôte du Seigneur, nous pratiquons l’hospitalité. Nous visitons les demeures des autres chrétiens pour enrichir les nôtres et accueillir les autres, particulièrement les blessés de la vie.

 


Vivre la Semaine de prière d'unité des chrétiens  

 

 

 

 

 

 

 

Propositions dans les Vosges

 

 

Vivre une célébration oecuménique

"Tandis que je prie" – Chant composé pour Unité Chrétienne à partir d'un texte de l'abbé Couturier, par Véronique Stouls

Partition  |  Paroles  |  YouTube

 

Suivre les prières retransmises en direct depuis la Communauté de Taizé : 

  • De lundi au samedi, l'audio de la prière commence à 12h30 sur leur site internet www.taize.fr
    (disponible en réécoute pour les deux dernières prières)
  • Le samedi, prière de 12h30 diffusée sur YouTube et Instagram

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Visioconférence de la Pastorale des Jeunes adultes avec Mgr Berthet

Mardi 12 janvier à 20h30

À l'occasion de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, la Pastorale des Jeunes adultes propose une visioconférence avec Mgr Berthet sur l'œcuménisme le mardi 12 janvier 2021 à 20h30.
Mgr Berthet, évêque de Saint Dié, est également président du Conseil pour l'unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme. Il pourra livrer un témoignage particulier également puisqu'il était protestant, avant de se convertir au catholicisme et de devenir prêtre.

Contact :  pasto.jeunes [at] catholique88.fr (subject: Visioconf%C3%A9rence%20avec%20Mgr%20Berthet%20sur%20l'%C5%93cum%C3%A9nisme)
 

Réécouter la visio-conférence : Podcast

 


TR3 EN UN #9 – Philippe Baldacini

Prêtre à Épinal, le père Philippe Baldacini est également prêtre accompagnateur du service et du catéchuménat & responsable de l'Unité des Chrétiens pour le diocèse.


 

 

L'œcuménisme dans notre diocèse

La Semaine de prière pour l’unité des chrétiens qui se déroulera du 18 au 25 janvier 2021 me donne l’occasion, en tant que prêtre délégué diocésain à l’œcuménisme, de partager avec vous ce qui se vit dans notre diocèse avec nos frères chrétiens d’autres confessions.

Rappelons d’abord que lorsque l’on parle d’œcuménisme, il ne s’agit pas de nos relations avec nos frères juifs ou musulmans qui relèvent du dialogue interreligieux. L’œcuménisme concerne les relations entre protestants, catholiques, orthodoxes et anglicans. Ces derniers, à ma connaissance, ne sont pas présents dans notre diocèse.
En revanche concernant les orthodoxes, plusieurs familles sont présentes, principalement à Saint-Dié et à Épinal. Il s’agit de familles roumaines, hongroises, russes, la plupart issues du milieu médical, auxquelles il faut ajouter quelques familles d’origine arménienne. Une petite communauté de sœurs orthodoxes – trois sœurs et un prêtre – attachée au patriarcat de Roumanie est également présente à Godoncourt.
J’entretiens avec cette communauté des relations régulières et très fraternelles. Nos frères protestants sont, eux, plus nombreux et divisés en plusieurs Églises, la principale étant l’Église protestante unie de France, qui rassemble les protestants issus de l’Église réformée et de l’Église luthérienne. Sont présentes également une Église mennonite, une autre baptiste et différentes communautés évangéliques. Sur Épinal, outre l’Église protestante unie de France, notons la présence d’une Assemblée évangélique centre biblique de l’Église baptiste évangélique, auxquelles il faudrait ajouter l’Église évangélique tzigane. Et la liste n’est pas exhaustive.

Une « Lettre pour l’unité » en projet

Depuis la rentrée de septembre, les différents responsables de l’Église protestante unie de France, des mennonites, de l’Église baptiste évangélique, de l’Assemblée évangélique centre biblique et de l’Église catholique se sont retrouvés en présence de monseigneur Berthet avec la volonté de travailler davantage ensemble. Le projet de publier une « Lettre pour l’unité », qui devrait paraître deux ou trois fois par an, a été retenu. Le travail n’en est qu’à ses débuts mais il témoigne d’une réelle volonté œcuménique et nous remplit d’espérance. Enfin, n’oublions pas de mentionner sur Épinal un groupe de chrétiens catholiques et protestants qui se retrouvent une fois par mois pour partager et prier ensemble.
Après ce rapide et petit aperçu d’une réalité œcuménique certes modeste mais bien réelle qui se vit dans notre diocèse, je suis heureux de vous inviter à la prochaine veillée de prière pour l’unité des chrétiens qui se déroulera cette année à l’église Saint-Antoine le jeudi 21 janvier 2021 à 20 heures. Je compte sur vous pour soutenir par votre présence et votre prière cette belle mission au service de l’unité des chrétiens.

Père Philippe Baldacini
Prêtre sur la communauté de paroisses d'Épinal
Délégué diocésain à l'œcuménisme

Publié dans Église dans les Vosges – Janvier  2021 

 


Enrichissons-nous de nos différences

VALÉRIE MITRANI, PASTEUR DE L'ÉGLISE PROTESTANTE UNIE

D’emblée, Valérie Mitriani est de ces personnes qui semblent faire partie de votre univers depuis toujours. Le cœur bienveillant et l’esprit ouvert, elle transmet la quiétude, et son léger accent provençal glisse
comme un rayon de soleil.

Originaire de Carpentras où elle a vu le jour en décembre 1961, l’enfance de celle qui allait devenir pasteur de l’Église protestante unie fut heureuse. Elle a aimé vivre à Saint-Pierre-de-Vassols, un tout petit village niché au beau milieu d’un paysage agricole auquel elle demeure très attachée.
Valérie Mitrani se souvient avec bonheur avoir fréquenté l’école laïque : « Au primaire, les instituteurs se dévouaient corps et âme. On apprenait bien sûr les fondamentaux mais aussi la poésie, l’accès au livre, la peinture, l’approche de la nature. C’était extraordinaire ! »
Fille de parents chrétiens protestants engagés, Valérie Mitrani fut élevée dans le cadre d’une foi sincère. « Nous étions la seule famille protestante de notre village. Nous vivions en bonne relation avec les catholiques. Arrivée à l’adolescence, j’ai eu envie d’approfondir les choses spirituelles. J’en avais le goût et la curiosité, je ressentais ce besoin. » Baccalauréat en poche, à 18 ans, elle entreprend des études de théologie à Genève. Quatre ans plus tard, elle obtient sa maîtrise. Elle poursuit alors son cheminement à Montpellier où elle décroche son DESS. L’appel se concrétise.

Ne cherchons pas les ressemblances, au contraire !

En 1985, l’opportunité d’un stage au Togo auprès d’un pasteur africain sera une révélation aussi puissante que riche en découvertes. « J’ai beaucoup appris de l’essentiel de la vie, du changement de culture, de la façon d’exprimer sa foi et ses sentiments de manière différente. Et aussi des difficultés d’adaptation lorsque l’on est déraciné. Cette année de stage m’a appris à être pasteur ici ! La variété des cultures est une richesse pour comprendre mieux l’Évangile... Mes frères et sœurs catholiques me font découvrir des choses que je n’avais pas perçues. La particularité de l’autre nous fait comprendre l’Évangile. La beauté et l’importance de l’œcuménisme c’est cela ! Ne cherchons pas les ressemblances, au contraire ! À mes frères et mes sœurs catholiques, je dis et je redis : soyez catholiques, je vous en supplie ! »
De retour en France, la jeune femme devient pasteur, elle est nommée dans le Gard le 1er juillet 1986. Le 6 décembre de cette année marquante, elle épouse David Mitrani, avec qui elle partage de tendres sentiments mais aussi la passion d’un métier commun. Dix ans plus tard, ses fonctions la conduisent en Charente. En 2006, elle devient présidente du Conseil régional de l’Église protestante unie en région ouest. Une mission qu’elle remplira sans faillir avec tout le dynamisme qui l’habite, mais l’envie de revenir en paroisse pour y développer un ministère local se fait au sein du couple.
Les Vosges ? Ils ne connaissaient pas mais qu’à cela ne tienne, ce sera une nouvelle aventure. Monsieur est nommé pasteur pour la paroisse de Saint-Dié-des-Vosges et environs. Madame sera pasteur pour le secteur Épinal-Thaon-les-Vosges (quatre lieux de culte) et Remiremont (deux lieux de culte). « Je suis heureuse d’être pasteur, j’ai la chance de réaliser un métier que je me suis choisi et qui me plaît. Partager l’espérance est ma passion. Le travail de pasteur est extraordinaire, c’est un métier du sens, de la parole. Un pasteur, finalement c’est un artiste, un interprète. On a une partition à jouer, c’est magnifique de jouer les notes de musique avec d’autres. » Cinéphile, Valérie Mitrani apprécie la qualité de vie déodatienne, et la proximité de la nature. Depuis Saint-Dié-des-Vosges où elle demeure avec son mari, madame le pasteur rejoint les communautés protestantes dont elle a la charge. Adapter des textes lointains dans le temps à l’époque du numérique n’est pas chose simple. Valérie Mitrani en possède les outils : la joie d’une foi rayonnante, du temps et une écoute tout aussi fraternelle que généreuse.
 

Josée Tomasi-Houillon
Publié dans Église dans les Vosges – Janvier  2021 

Articles relatifs

L'œcuménisme, késako ?!

Podcast de la visioconférence avec Mgr Berthet

Nos Paroisses

ANNUAIRE DIOCESAIN

EN LIGNE

 > Consulter

Rencontres

avec Vià Vosges (Vosges TV)

> Dernières émissions

Revue Diocésaine

Église dans les Vosges

> Abonnez-vous